Méditation pour le temps de l'Avent à partir du magnifique cantique de Zacharie, le "Benedictus" (récité chaque matin à l'office des Laudes).

Deux dessins pour illustrer ce grand moment qui est fêté solennellement le 24 juin :
- dessin pour cette fête,
- dessin de la série Ancien Testament sur le même thème.


Le Cantique de Zacharie - ou "Benedictus" - est le poème par lequel Zacharie, le grand-prêtre, salue la naissance providentielle de son fils, Jean-Baptiste, et prophétise sa mission de Précurseur.

Ce chant est une magnifique expression de l'attente du salut auquel a aspiré tout l'Ancien Testament :

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, qui visite et rachète son peuple,
Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur,

Comme il l'avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens :
Salut qui nous arrache à l'ennemi, à la main de tous nos oppresseurs,

Amour qu'il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte,
serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte,

afin que, délivrés de la main des ennemis, nous le servions
dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.

Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut,
tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins

pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés ;
grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu quand nous visite l'astre d'en haut

pour illuminer ceux qui sont assis dans les ténèbres et l'ombre de la mort,
pour guider nos pas au chemin de la paix. (Lc 1, 68, 79)

Le cantique évangélique du "Benedictus" est chanté par toute l'Église chaque matin à la prière des LAUDES,
tout comme le "Magnificat" (cantique de Marie) aux VÊPRES, la prière du soir.

A travers ce texte, nous pouvons retracer les grandes lignes de l'histoire du Salut :

La servitude

Nous avons un Ennemi :

Votre adversaire, le diable, tel un lion rugissant, est là qui rôde, cherchant qui dévorer.
Résistez-lui, fermes dans la Foi. (1 P 5, 8.9)

Voici sous quels noms la Sainte Ecriture nous présente "l'ennemi du genre humain" :
Satan (l'adversaire), - le Diable (le diviseur), - le Démon (génie malfaisant), et encore : Bélial (le pervers) - le prince de ce monde, - le père du mensonge...
Cet ennemi est plus puissant que nous : nous sommes sous son joug, sans pouvoir par nous-mêmes nous en libérer. C'est lui qui nous maintient en servitude depuis le péché d'Adam. Dans sa haine, Il nous tient dans la crainte, la tristesse, dans le mensonge :

Pourquoi me faut-il marcher dans la tristesse, sous l'oppression de l'ennemi ?
Envoie ta lumière et ta vérité : elles me guideront
et me conduiront à ta montagne sainte, et à tes tabernacles. (Ps 42, 2.3)

C'est par le péché que nous devenons ses prisonniers ;
nous sommes même dans l'ombre de la mort : l'âme, lorsqu'elle est privée de Dieu, est "morte". Comme des prisonniers dans un cachot, il maintient notre âme dans les ténèbres, dans l'obscurité :

L'ennemi en veut à mon âme ; il me tient abattu à terre, il me relègue dans les lieux ténébreux, comme ceux qui sont morts depuis longtemps. (Ps 142, 3)

N'y voyant pas clair, nous nous trouvons dans l'impossibilité de voir et donc de faire le Bien. Pire, le "père du mensonge" nous illusionne sans cesse sur les faux biens, et cherche toujours à nous faire prendre le Mal pour le Bien, et réciproquement.

Nous restons donc "assis" : dans cette obscurité, comment marcher sans voir devant soi où l'on va ? Comment avancer vers le but de notre vie ?
C'est bien ainsi que notre ennemi nous empêche de réaliser ce pour quoi nous sommes faits :

Servir Dieu, dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de notre vie.

Le désir d'être sauvé

Par nous-mêmes, par nos seules forces, nous sommes incapables de tout bien. Nous ne pouvons que nous tourner vers le Seigneur et l'appeler à notre secours ; il faut le désirer, vouloir sortir du mal, le demander :

Réveille ta puissance, Seigneur, et viens à notre secours. Ô Dieu, fais nous revenir,
Montre-nous ton visage, et nous serons sauvés. (Ps 79, 3.4)

Toute l'histoire du peuple de Dieu est remplie de cette attente, de ce désir du Sauveur : c'est par son Incarnation que Dieu vient à nous, "nous montre son visage", et va nous sauver.

La libération

Par son Incarnation, Dieu nous apporte

la connaissance du salut… : Dieu veut le salut de tous les hommes. (1 Tm 2, 4)
par la rémission des péchés : Le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés. (Mt 9, 6)

Seule cette libération nous obtient la purification de l'âme qui nous permet de nous approcher de Dieu, et de trouver en Lui notre vrai bonheur : Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. (Mt 5, 8)

Le Sauveur

Notre Sauveur, la force qui nous sauve, c'est bien Jésus : par ce pouvoir qu'il a de tout pardonner, c'est lui qui va nous libérer de l'esclavage du péché, tirer notre âme de l'obscurité de sa prison.

Puis nous recevons sa Force et sa Lumière : c'est Lui qui va éclairer notre âme, lui montrer le Bien qu'il attend de nous, et nous donner en même temps la force pour l'accomplir.

Ouvrons donc tout grand notre âme au "Soleil Levant", l'Astre d'En-haut : laissons-Le en toute confiance la pénétrer, l'éclairer, la réchauffer. Laissons-le "guider nos pas dans la voie de la paix".

Nous ne pourrons jamais avoir un meilleur guide : ce n'est que par Lui, notre Sauveur, que nous pourrons vaincre notre ennemi, et trouver la paix de l'âme.

Et c'est par Lui que nous pourrons alors servir Dieu dans la Justice et la Sainteté, en nous appuyant non pas sur nos propres forces - nous sommes trop faibles - mais sur la Grâce, la Force de Dieu.
Cette visite du Sauveur est offerte à tous…

"Un grand prophète a surgi parmi nous et Dieu a visité son peuple". (Lc 7, 16)

Cependant, seuls les cœurs purs la reconnaîtront :

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. (Mt 5, 8)

Mais comment obtenir d'avoir un cœur pur ? …Par une parfaite et totale soumission à Dieu :

Vers Toi Seigneur, j'élève mon âme ; en Toi je me confie.
Seigneur, fais-moi connaître tes voies, enseigne-moi tes sentiers.
Conduis-moi dans ta vérité, instruis-moi,
car Tu es mon Dieu, mon Sauveur, et tout le jour j'espère en Toi. (Ps 24, 1-2, 4-5)


 Ensemble des documents pour l'Avent

Page d'accueil - Index général