Plan de ce document :
1) Le triple avènement de Jésus : sa venue il y a 2000 ans, sa venue dans la gloire à la fin des temps, sa venue dans nos âmes dans le temps présent. 

2) Trois grandes figures nous guident : Isaïe, Jean-Baptiste et MARIE. 
3) Pourquoi un Sauveur ? Jésus vient nous sauver du danger de manquer le but de notre vie.


Première étape de l'année liturgique, l'Avent est un temps de préparation à la fête de Noël où nous célébrerons la venue sur terre de Jésus.

Le nom de Jésus signifie "Sauveur". Le mot "Avent" vient du latin adventus : venue, avènement.
L'Avent, c'est ce temps où la liturgie nous fait revivre la grande attente de tout l'Ancien Testament, l'espérance de la venue du Messie, le Sauveur promis par Dieu (à Adam et Ève après le péché originel), et annoncé par les prophètes.

Réveille ta puissance, Seigneur et viens nous délivrer.
Montre-nous ton visage, et nous serons sauvés. (Ps 79, 3-4)

Un triple avènement

1 - C'est d'abord l'avènement de miséricorde où le Rédempteur du monde apparaît sur la terre dans l'humble condition de son existence humaine, comme Sauveur : événement passé de la Nativité.

Montre-nous, Seigneur, ta miséricorde, fais nous voir le jour de ton salut. (Ps 84, 8)

2 - C'est aussi un évènement futur : nous attendons son retour à la fin des temps, lorsqu'il apparaîtra plein de gloire et de majesté, comme Juge, où "il rétribuera chacun selon ses œuvres". (Mt 16, 27). Ce sera alors l'avènement de justice :

Il a dressé son trône pour le Jugement,
Il juge le monde avec équité, il juge les peuples avec justice. (Ps 9, 8)

Ce ne sera plus alors un avènement d'humilité, comme à Noël, mais un avènement de gloire :

On verra alors le Fils de l'homme venir sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande majesté... (Mt 24, 3)

"Vivons en ce monde (…) dans l'attente de la bienheureuse espérance
et l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus". (Tt 2, 12-13)

Mais pour pouvoir accueillir comme il convient ce Seigneur de gloire, pour l'attendre dans la confiance et non pas dans la crainte du jugement, saint Paul nous fait cette instante recommandation :

Vivons en ce monde dans la modération, la justice et la piété… (Tt 2, 12)

3 - Car, entre ces deux avènements, s'en situe un troisième : c'est la venue de Jésus dans nos âmes, dans le temps présent. Jésus veut venir en chacun de nous, pour nous arracher au mal qui nous tient prisonniers et régner sur notre cœur sans partage.

Vraiment, je ne comprends pas ce que je fais :
le bien que je veux, je ne le fais pas et le mal que je ne veux pas, je le commets.
L'homme intérieur en moi prend plaisir à la Loi de Dieu,
mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de ma raison
et me tient captif sous la loi du péché. Qui me délivrera de ce corps de mort ?
C'est la grâce de Dieu par Jésus-Christ, notre Seigneur. (Rm 7, 15, 24)

Être délivré du mal, n'est-ce pas aussi ce que Jésus nous fait demander dans le "Notre Père" ? Celui qui nous délivre du mal, c'est Jésus, notre unique Sauveur :

Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres,
mais il aura la lumière de la vie. (Jn 8, 12)

Il y a donc un avènement historique, déjà passé ; un avènement spirituel, aujourd'hui, en chacun de nous ; un avènement glorieux, à venir : la spiritualité de ce temps de l'Avent consistera à remercier le Sauveur de son premier avènement, le prier de réaliser le second dans notre âme, nous préparer au dernier par notre vie de foi et par nos bonnes actions.

Ces trois avènements s'entremêlent dans les textes liturgiques de l'Avent. Méditons ces textes, nous y puiserons des richesses que nous ne soupçonnons peut-être pas : elles nous seront précieuses pour nous aider à préparer en notre âme le chemin du Seigneur.

Trois grandes figures nous guident…

Dans cette préparation de la fête de la Nativité, trois grandes figures nous montrent le chemin :

1 - ISAÏE, prophète de l'espérance : 

Voici que la Vierge concevra et elle enfantera un fils et lui donnera pour nom Emmanuel, "Dieu-avec-nous".
(Is 7, 14)
Dites aux esprits abattus : Prenez courage, ne craignez pas : voici notre Dieu qui vient, il vient nous sauver.
(Is 35, 4)

2 - JEAN-BAPTISTE nous invite à supprimer les obstacles entre Dieu et nous. Jésus ne voudra pas venir dans une âme attachée à ses défauts. Message de pénitence, de conversion :

Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers… Et tout homme verra le salut de Dieu. (Lc 3, 4-6)

3 - La TRÈS SAINTE VIERGE enfin, est pour nous le modèle de la vie intérieure, entièrement donnée à Dieu. Elle nous apprend à vivre sous le regard de Dieu, dans l'humilité, le silence, la douceur, la patience, la simplicité, et toujours dans une parfaite soumission à la volonté de Dieu :

Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon ta parole. (Lc 1, 38)

Préparer Noël ne consiste donc pas seulement à préparer une simple fête d'anniversaire, celle de la naissance de Jésus vue comme un évènement passé, même si cet aspect est le plus spectaculaire… Il s'agit surtout de préparer le chemin du Seigneur en lui ouvrant notre cœur. Et ce qui nous est demandé d'abord, c'est un acte d'humilité : accepter de nous reconnaître pécheurs.

L'Avent est d'abord ce temps où la liturgie nous fait prendre conscience que nous avons grand besoin d'être sauvés :

Le Fils de l'homme est venu chercher et SAUVER ce qui était perdu. (Lc 19, 10)

Pourquoi un Sauveur ?

Pourquoi un Sauveur, si ce n'est parce que nous avons besoin d'être sauvés ?
Telle est la première attitude que Dieu attend de nous : reconnaître que, perdus par le péché, nous avons besoin d'être sauvés, et que Lui seul peut nous sauver.

Être sauvé, c'est être tiré d'un danger où l'on risquait de périr. Quel danger ? Ni plus, ni moins, celui de manquer le but de notre vie.
Et ce but de notre vie, quel est-il ? C'est, après notre passage sur la terre, d'aller contempler Dieu dans l'éternité et de goûter ainsi un bonheur parfait qui ne finira jamais.
L'attente du Sauveur ne peut se comprendre qu'en référence au seul mal qui nous sépare de Dieu : le péché. C'est le seul obstacle entre Dieu et nous.

La réalité du péché

Le péché est présent dans l'histoire de l'homme : il serait vain de tenter de l'ignorer ou de donner à cette obscure réalité d'autres noms.
Pour essayer de comprendre ce qu'est le péché, il faut d'abord reconnaître le lien profond de l'homme avec Dieu. Car, en dehors de ce rapport, le mal du péché n'est pas démasqué dans sa véritable identité de refus et d'opposition face à Dieu, tout en continuant à peser sur la vie de l'homme et sur l'histoire.
La réalité du péché, et plus particulièrement du péché des origines, ne s'éclaire qu'à la lumière de la Révélation divine. (CEC 386)
…C'est seulement dans la connaissance du dessein de Dieu sur l'homme que l'on comprend que le péché est un abus de la liberté que Dieu donne aux personnes créées pour qu'elles puissent L'aimer et s'aimer mutuellement. (CEC 387)

Le péché est à la fois un aveuglement, qui nous empêche de voir le mal que l'on a fait ; une surdité qui nous empêche d'entendre la voix de Dieu ; une paralysie, qui nous rend incapable de faire le bien ; une lèpre qui défigure en notre âme la ressemblance de Dieu.
Comme nous avons besoin d'un Sauveur !

Allez raconter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les estropiés marchent, les lépreux sont guéris, les morts ressuscitent, aux pauvres est annoncée la Bonne nouvelle… (Mt 11, 5)

Mais pourquoi tout ce mal ?

Le bien que je veux, je ne le fais pas ; et le mal que je ne veux pas, je le commets. (Rm 7, 15, 24)

Ici prend place toute l'histoire du péché originel…


Comment parler de l'AVENT aux enfants ?

Noël, c'est la venue de Jésus sur la terre pour sauver tous les hommes.
C'est une grande joie, car c'est Lui le Sauveur que le monde attend depuis très longtemps.

Jésus est venu une première fois sur la terre, il y a 2000 ans, et Il reviendra à la fin du monde pour chercher ceux qui auront été ses amis et les emmener au ciel.

Mais entre ces deux venues, Jésus veut venir dans notre âme et y habiter : y faire sa demeure.

Noël, c'est aussi la venue de Jésus dans nos cœurs.

Pourquoi Jésus veut-Il venir dans nos cœurs ?
D'abord parce qu'Il nous aime. Ensuite, parce qu'Il sait bien que, tout seuls, nous n'avons pas toujours la force de faire ce qui est bien, ce qui plaît à Dieu. Alors Il vient nous aider à le faire, nous en donner la force et le courage.

Comment allons-nous recevoir Jésus ?
Recevoir Jésus, c'est Le laisser vivre dans mon cœur : Le laisser conduire ma vie, L'écouter, Lui obéir.


Ensemble des documents pour l'Avent

Sur le péché originel

Page d'accueil - Index général