La confirmation est le sacrement qui nous donne le Saint Esprit avec la plénitude de ses dons.

Plan de ce document :
- Qu'est-ce que la Confirmation ?
- Quelles différences entre le Baptême et la Confirmation ?
- Qui peut recevoir le sacrement de Confirmation ?
- Le ministre de la Confirmation
- De quoi se compose le signe sacré de la Confirmation ?
- Les effets du sacrement de Confirmation dans nos âmes.


Qu'est-ce que la Confirmation ?

Le mot "confirmation" signifie : affermissement, accroissement, augmentation. Il exprime l'effet du sacrement.

La Confirmation est le sacrement qui nous donne le Saint Esprit avec la plénitude de ses dons, pour nous faire grandir et nous fortifier dans la foi.

Par le sacrement de confirmation, le lien des baptisés avec l'Eglise catholique est rendu plus parfait, ils sont enrichis d'une force spéciale de l'Esprit Saint et obligés ainsi plus strictement à répandre et à défendre la foi par la parole et par l'action en vrais témoins du Christ. (Lumen gentium 11)

Le nom de Confirmation suggère à la fois la ratification du Baptême, qui complète l'initiation chrétienne, et l'affermissement de la grâce baptismale, tous fruits du Saint Esprit. (CEC 1289)

Son objet

La Confirmation n'a pas été instituée comme chose nécessaire au salut (comme l'est le Baptême), mais pour nous donner le courage et les armes dont nous avons besoin dans les combats qu'il nous faut soutenir pour la foi de Jésus-Christ.
(Catéchisme du Concile de Trente)

La Confirmation est le sacrement qui

- nous donne le Saint Esprit avec la plénitude de ses dons,
- affermit en nous la vie surnaturelle,
- nous rend parfaits chrétiens,
- fait de nous les témoins et apôtres de Jésus-Christ.

Une plénitude

Plus une âme, par sa générosité, s'ouvre à la Grâce, plus le Saint Esprit pourra la remplir : il nous est possible d'agrandir, par de grands désirs, notre capacité à recevoir l'Esprit divin.

Mais cette présence divine dans notre âme, c'est un trésor que nous portons dans des vases d'argile (2 Co 4, 7) : tant que l'argile est souple, on peut la modeler à son gré : agrandissons donc la capacité de notre vase d'argile ! Plus nous serons ouverts, "réceptifs" à la Grâce, plus nous serons comblés de cette plénitude divine.

"Parfaits chrétiens" : "chrétiens" par le baptême, "parfaits" par la confirmation.

D'enfant, on devient homme fait ; de faible, on devient fort.
Parfaits : au sens de "complet". Non pas nécessairement "chrétien parfait", mais chrétien "accompli" : il ne lui manque rien pour parvenir à la perfection.

Baptême, Eucharistie, et Confirmation constituent l'ensemble des "sacrements de l'initiation chrétienne" dont l'unité doit être sauvegardée.
La réception de ce sacrement est nécessaire à l'accomplissement de la grâce baptismale. En effet, par le sacrement de Confirmation, le lien des baptisés dans l'Eglise est rendu plus parfait, ils sont enrichis d'une force spéciale de l'Esprit-Saint et obligés ainsi plus strictement à répandre et à défendre la foi, par la parole et par l'action, en vrais témoins du Christ. (CEC 1285)

Un sacrement à "caractère"

Comme le Baptême dont elle est l'achèvement, la Confirmation est donnée une seule fois.
La confirmation imprime en effet dans l'âme une marque spirituelle indélébile, le "caractère", qui est le signe de ce que Jésus-Christ a marqué un chrétien du sceau de son Esprit en le revêtant de la force d'En Haut pour qu'il soit son témoin. (CEC 1304)

Quelles différences entre Baptême et Confirmation ?

La Confirmation est au baptême ce que la croissance est à la naissance : de même qu'il faut naître avant d'arriver à l'âge parfait, de même, il faut être régénéré par le baptême avant de croître et d'être fortifié dans la vie de la grâce par la confirmation.

Le Baptême est donc la naissance à la vie divine, la Confirmation en est la croissance, le développement, pour parvenir à sa plénitude.

Par le Baptême, les hommes sont engendrés à une vie nouvelle ; par la Confirmation au contraire, déjà engendrés auparavant, ils deviennent des hommes faits, en laissant ce qui tient de l'enfance.
Dès lors, autant il y a de différence entre la naissance et l'accroissement dans la vie naturelle, autant il y en a entre le Baptême qui nous régénère spirituellement et la Confirmation qui nous fait croître, et nous donne la force parfaite de l'âme.
(Catéchisme du Concile de Trente).

Le Baptême nous introduit dans la famille chrétienne, nous fait enfants de Dieu.

La Confirmation fait de nous les soldats du Christ, c'est-à-dire que nous devons combattre pour son règne, accepter de lutter contre nos défauts et nos mauvaises tendances, contre le monde et contre le démon.

Au dehors, elle fait de nous des apôtres, pour donner l'exemple et porter témoignage, fût-ce au prix de notre vie. Pour cela, nous avons toujours besoin d'une grâce particulière de force et de courage, qui affermit en nous la foi, l'espérance et la charité : c'est la grâce sacramentelle propre à la confirmation, sur laquelle pouvons toujours compter.

Souviens-toi que tu es soldat du Christ et que tu dois défendre sa cause.
Rejetant donc toute inquiétude et déposant toute fausse crainte, confesse librement ta foi par tes paroles et tes actes, et tiens pour un honneur de souffrir des outrages et des persécutions pour cette cause. (Catéchisme du concile de Trente)

Au Baptême, l'homme est enrôlé dans la milice ; et dans la Confirmation, il est armé pour le combat.
Sur les fonts du Baptême, le Saint Esprit accorde la plénitude de l'innocence ; et dans la Confirmation, Il perfectionne pour conserver la Grâce.
Dans le Baptême, nous sommes régénérés pour vivre ; après le Baptême, confirmés pour combattre.
Dans l'un, nous sommes lavés ; dans l'autre, nous sommes fortifiés.
La régénération sauve par elle-même dans la paix ceux qui reçoivent le Baptême, et la Confirmation donne des armes et prépare les combats.
(Pape Melchiade - cité dans Catéchisme du Concile de Trente)

Qui peut recevoir le sacrement de Confirmation ?

Tout baptisé non encore confirmé peut et doit recevoir le sacrement de la Confirmation.
Puisque Baptême, Confirmation et Eucharistie forment une unité, il s'ensuit que "les fidèles sont tenus par l'obligation de recevoir ce sacrement en temps opportun" (Code de Droit Canon, 1609), car sans la Confirmation et l'Eucharistie, le sacrement de Baptême est, certes, valide et efficace, mais l'initiation chrétienne reste inachevée. (CEC 1306)

La Confirmation n'est pas absolument nécessaire pour aller au ciel, mais elle aide puissamment à y parvenir, et l'on est coupable en négligeant de la recevoir.

Quoique ce sacrement ne soit pas nécessaire, personne ne doit cependant s'en abstenir ...
Ce que Dieu a établi pour la sanctification de tous, tous doivent aussi le rechercher avec le plus grand empressement.
(Catéchisme du Concile de Trente)

Dispositions du confirmand

Pour bien recevoir le sacrement de Confirmation, il faut :

- être baptisé et être en état de grâce,
- connaître les principales vérités chrétiennes,
- et s'en approcher avec respect et dévotion.

La préparation à la Confirmation doit viser à conduire le chrétien vers une union plus intime au Christ, vers une familiarité plus vive avec l'Esprit-Saint, son action, ses dons et ses appels, afin de pouvoir mieux assumer les responsabilités apostoliques de la vie chrétienne.
Par là, la catéchèse de la Confirmation s'efforcera d'éveiller le sens de l'appartenance à l'Eglise de Jésus-Christ, tant à l'Eglise universelle qu'à la communauté paroissiale. (…)
Pour recevoir la Confirmation, il faut être en état de grâce. Il convient de recourir au sacrement de Pénitence pour être purifié en vue du don du Saint-Esprit. Une prière plus intense doit préparer à recevoir avec docilité et disponibilité la force et les grâces du Saint-Esprit.
Pour la Confirmation comme pour le Baptême, il convient que les candidats cherchent l'aide spirituelle d'un parrain ou d'une marraine. (CEC 1309-11)

Le rôle des parrains et des marraines est de guider le confirmé, par leurs paroles et par leurs exemples, dans la voie du salut, et de le soutenir dans le combat spirituel de la vie.

Le ministre de la Confirmation

Dans le rite latin, le ministre ordinaire de la Confirmation est l'évêque.
Il peut toutefois, exceptionnellement, pour des raisons graves, concéder à des prêtres la faculté d'administrer la Confirmation...
L'administration de ce sacrement par l'évêque marque bien qu'il a pour effet d'unir ceux qui le reçoivent plus étroitement à l'Église, à ses origines apostoliques et à sa mission de témoigner le Christ. (CEC 1313)

Si un chrétien est en danger de mort, tout prêtre doit lui donner la Confirmation.
En effet, l'Eglise veut qu'aucun de ses enfants, même tout petit, ne sorte de ce monde sans avoir été parfait par l'Esprit-Saint avec le don de la plénitude du Christ. (CEC1314)

Pourquoi l'évêque est-il le seul ministre de la Confirmation ?

1) En tant que successeur des apôtres, lui seul est dépositaire de la transmission apostolique

"Tandis qu'un simple prêtre peut donner les autres onctions, la Confirmation ne doit être donnée que par le prêtre suprême, c'est-à-dire l'évêque, car c'est seulement des Apôtres, dont les évêques sont les remplaçants, qu'il est écrit qu'ils donnaient le Saint-Esprit par l'imposition des mains." (Innocent III - 1204)

2) Seuls les évêques possèdent la plénitude du sacerdoce : il leur revient d'administrer le sacrement qui donne à l'homme la plénitude du caractère de chrétien.

Les évêques sont les successeurs des apôtres, ils ont reçu la plénitude du sacrement de l'ordre. L'administration de ce sacrement par eux marque bien qu'il a pour effet d'unir ceux qui le reçoivent plus étroitement à l'Eglise, à ses origines apostoliques et à sa mission de témoigner du Christ. (CEC 1313)

De quoi se compose le signe sacré de la Confirmation ?

Tout sacrement se compose de deux éléments, MATIÈRE et FORME.

Dans le sacrement de Confirmation, la MATIÈRE est constituée par les gestes et l'onction, la FORME par les paroles que l'évêque prononce en même temps.

La matière

Rappelons que la matière est le signe visible du sacrement.
Pour la Confirmation, le signe visible est l'imposition des mains et l'onction avec le Saint-Chrême qui représente la Grâce du Saint-Esprit qui descend dans l'âme du confirmé avec l'abondance de ses dons, pour lui donner croissance et force.

- L'imposition des mains de l'évêque, sur ceux qu'il confirme, signifie la prise de possession, la "mise à part" pour Dieu.

L'imposition des mains est à bon droit reconnue par la tradition catholique comme l'origine du sacrement de la Confirmation qui perpétue, en quelque sorte, dans l'Eglise, la grâce de la Pentecôte. (CEC 1288)

En imposant les mains avant le moment même de la Confirmation, l'évêque ou son représentant prie Dieu :

Père très bon, regarde ces baptisés sur qui nous imposons les mains :
par le Baptême, Tu les as libérés du péché,
Tu les as fait renaître de l'eau et de l'Esprit comme Tu l'as promis.
Répands sur eux ton Esprit Saint,
donne-leur en plénitude l'Esprit qui reposait sur ton Fils Jésus :
Esprit de sagesse et d'intelligence, Esprit de conseil et de force,
Esprit de connaissance et d'affection filiale, remplis-les de l'Esprit d'adoration.

- L'onction avec le Saint-Chrême se fait sur le front de chaque confirmand, en forme de croix.

sur le front :

où apparaissent les signes de la crainte et de la honte, afin que le confirmé comprenne qu'il ne doit jamais rougir du nom et de la profession du chrétien, ni avoir peur des ennemis de la foi, quels qu'ils soient." (Concile de Florence)

en forme de croix,

"afin qu'il ne rougisse pas de confesser le nom du Christ et principalement sa Croix, qui est scandale pour les Juifs et folie pour les Gentils. "(Concile de Florence)

Cette onction est le signe qu'on reçoit le Saint Esprit afin qu'Il nous donne croissance et force.

Par cette onction, le confirmand reçoit la "marque", le sceau de l'Esprit Saint.
Le sceau est le symbole de la personne, le signe de son autorité, de sa propriété sur un objet ...
Ce sceau de l'Esprit-Saint marque l'appartenance totale au Christ, la mise à son service pour toujours,
mais aussi la promesse de la protection divine dans la grande épreuve de la fin des temps. (CEC 1296)

Qu'est-ce que le saint Chrême ?

Le saint Chrême est de l'huile d'olive mêlée de baume (résine odorante), consacrée le Jeudi-Saint à la messe chrismale, par l'évêque.
Ces deux matières, l'huile et le baume, expriment les effets de la Confirmation :

L'HUILE :

éclaire en brûlant : le Saint Esprit nous éclaire en nous,
s'étend et pénètre facilement (on peut en faire l'expérience sur ue feuille de papier) : le Saint Esprit pénètre toute notre âme et toutes nos facultés,
assouplit et fortifie (exemple des sportifs) : de même le Saint Esprit est pour notre âme douceur et force.

L'huile d'olive signifie la grâce qui éclaire et fortifie l'âme du confirmé.

Le BAUME :

- Sa bonne odeur est le symbole des vertus des confirmés.
- Il préserve de la corruption (embaumement des morts) : il symbolise le fait de préserver l'âme de la corruption du monde et du péché.

Le baume signifie la vertu dont le chrétien doit donner l'exemple autour de lui.

La forme

- Les paroles : "Sois marqué de l'Esprit Saint, le don de Dieu".
(La formule antérieure à la dernière réforme liturgique était : "Je te marque du signe de la Croix, et je te confirme avec le Chrême du salut, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.")

Les effets du sacrement de Confirmation dans l'âme

Ils sont proportionnés aux dispositions des confirmands : il ne tient donc qu'à nous d'agrandir notre "capacité" intérieure pour accueillir généreusement l'Esprit Saint, et de prendre conscience des grandes grâces que nous pouvons puiser dans ce sacrement.

Ces effets sont intérieurs : nous n'avons pas à rechercher ces manifestations visibles qui avaient lieu au temps de la primitive Eglise (don des langues, miracles...) : elles étaient destinées à faciliter alors la propagation de l'Évangile.

L'action du Saint Esprit à l'intérieur de l'âme est invisible mais réelle. La Confirmation est donc un don très précieux : c'est en elle que nous pouvons puiser, autant que nous en avons besoin, la force de lutter, de vivre et de mourir en chrétiens.

"Pour conserver cette grâce de la Confirmation, le chrétien doit prier souvent, faire de bonnes œuvres, et vivre selon la loi de Jésus-Christ, sans respect humain, avec courage".
(Catéchisme de Saint Pie X)


 Ensemble pour la Pentecôte - Page d'accueil - Index général