Conseils pratiques pour familiariser les tout-petits (de 0 à 6 ans...) avec la présence maternelle de Marie


Familiariser le tout-petit avec la présence de Marie

Au jour de son baptême, notre tout petit est devenu enfant de Dieu. Puis, tout aussitôt, nous l'avons déposé sur l'autel de la Sainte Vierge, pour le consacrer à Notre-Dame.

De la même manière, donc, qu'il importe d'habituer ce petit enfant, dès son plus jeune âge, à vivre en présence de Dieu, de la même manière, il est tout aussi nécessaire de le familiariser, tout petit, avec la présence maternelle, invisible mais réelle, de sa Maman du Ciel.

Tous les vrais enfants de Dieu ont Dieu pour Père et Marie pour Mère,
et qui n'a pas Marie pour Mère n'a pas Dieu pour Père. (St Louis-Marie Grignion de Monfort)

Lorsque le bébé que vous avez recouché dans son berceau dort paisible, et que vous quittez la pièce, vous n'êtes plus auprès de lui : mais Marie, elle, reste là, et veille sur lui (et son ange gardien aussi, bien sûr !).

Si vous devez sortir quelques instants, à qui le confiez-vous, mentalement ? à Marie.

Si l'enfant est malade, s'il court un danger, qui implorez-vous dans votre cœur ? Marie.

En retour, n'est-il pas juste, ensuite, de la remercier de sa protection, de faire remonter vers elle une pensée de confiance, d'affection ?

À cet échange entre Marie et nous, à ces liens de confiance et d'amour qui se tissent au fil des jours, notre tout-petit ne reste pas étranger. Il les perçoit comme par osmose…

A cet âge, il ne jouit pas encore d'une autonomie spirituelle : sa vie fait corps avec celle de l'entourage. Il prie de la prière de sa mère.
(J.- M. Dingeon)

Si donc la jeune maman vit "spirituellement" avec Notre-Dame, il s'établira un climat de confiance en Marie que l'enfant "respirera", "sentira"… et tout naturellement il en vivra à son tour.
Bien avant qu'il en soit conscient, cette présence de sa Maman du Ciel lui sera comme naturelle.

Mais il faut ensuite faire plus ample connaissance…

Dès que le petit en est capable, sa maman, tout comme elle lui apprend à faire le signe de croix en lui prenant la main pour la guider, lui apprendra à envoyer un baiser à l'image de la Sainte Vierge, à joindre les mains et se tenir sans bouger le temps d'un Ave Maria.

Après les gestes, les paroles…

Premiers mots
Dès qu'il saura parler, les premiers mots qu'il dira dans sa prière seront : "Jésus", "Marie"…

Premières prières
C'est ensuite, entre 3 et 4 ans, l'âge des premières prières : Je vous salue, Marie... - Notre Père...
Cette prière doit être accompagnée d'un effort indispensable : bien se tenir.
N'oublions pas que la condition essentielle à une bonne tenue est dans la brièveté de la prière : on ne peut exiger d'un tout-petit un effort dépassant une durée de 2 ou 3 minutes.

Vers 5 ou 6 ans : une dizaine de chapelet
Le petit Dominique Savio, à 3 ans déjà, sortait de son lit pour venir dire le chapelet avec ses parents…

Certes, tous les enfants ne sont pas des Dominique Savio ! Mais l'expérience montre que, à partir de 5 ou 6 ans, l'enfant est capable de venir réciter une dizaine de chapelet avec "les grands" ou, s'il est l'aîné, avec papa et maman.

Des habitudes de prière…

C'est à cet âge que se forment les habitudes de prière, pour toute la vie. Il dépend de nous que ces habitudes soient bonnes et bien dirigées : donc, surtout, de notre propre vie intérieure, de notre vie de prière telle que nous la vivons.

Importance de l'exemple

On ne peut communiquer que ce que l'on a : l'amour que nos enfants porteront à Notre-Dame sera le reflet du nôtre.
C'est ainsi que notre propre fidélité, notre persévérance personnelle, se communiqueront au petit et lui apprendront, à son tour, fidélité et persévérance.

Si Marie fait vraiment partie de notre vie, nos enfants auront spontanément envers elle l'attitude d'enfants avec leur Maman :

une attitude toute de confiance et d'affection.


Spécial MARIE - Page d'accueil - Index général