L'Évangile et les principales fêtes de Marie au cours de l'année liturgique nous permettent de retracer les grandes étapes de sa vie.

Pour illustrer ce document, série de 32 dessins consacrés à la Vie de Notre-Dame.

La vie de Marie nous est connue surtout par l'Évangile, sauf les trois premières étapes qui n'y sont pas mentionnées. Nous ne pouvons que la parcourir rapidement à travers ses principales fêtes qui jalonnent l'année.

L'Immaculée Conception (fête le 8 décembre)

La Nativité de Marie (fête le 8 septembre)

Cette fête se célébrait à Rome dès le 7ème siècle. L'Église tient à honorer la Vierge Immaculée, celle qui est, dès sa naissance, la plus sainte des créatures. La liturgie nous rappelle que cette petite fille qui vient de naître est déjà, dans le plan de Dieu, la Mère du Sauveur.

C'est cette date du 8 septembre qui a servi à fixer le 8 décembre pour la fête de l'Immaculée Conception, neuf mois auparavant.

Mais comment parler de la naissance d'un enfant sans parler de ses parents : sainte Anne et saint Joachim, que la liturgie fête ensemble (nouveau calendrier de 1970) le 26 juillet.

Ils ne nous sont pas connus par l'Évangile, mais par des traditions qui peuvent remonter à la première moitié du 2ème siècle.

Le culte de sainte Anne a pour fondement le lien qui la rattache à Marie et au Verbe incarné.
- Au 6ème siècle, sainte Anne était honorée en Orient.
- Au 8ème siècle, à Jérusalem, dans la basilique de "Sainte-Marie, où elle est née", saint Jean de Damas célébrait les grands-parents de Jésus.

Le culte de saint Joachim s'est joint plus tardivement à celui de son épouse.

La Présentation au Temple (fête le 21 novembre)

Cet épisode n'est pas mentionné dans l'Évangile, mais toute la tradition (à partir de deux évangiles apocryphes) honore cette offrande personnelle de la petite Marie qui, à l'âge de 3 ans, fut conduite au Temple de Jérusalem, où elle demeurera toutes les années de son éducation.

L'Annonciation (fête le 25 mars) Luc 1, 26-39

Un mot à retenir de cette scène :

Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon votre parole. (Lc 1, 38)

Cette simple, mais sublime acceptation de la Volonté Divine va transformer le monde en rendant possible le salut de l'humanité tout entière.

La Visitation (fête le 31 mai, anciennement le 2 juillet) Luc 1, 39-56

La présence de Jésus dans le sein de Marie va sanctifier, dans le sein de Sainte Elisabeth, Jean-Baptiste, le futur Précurseur du Sauveur.

Cette scène nous vaut la très belle prière du MAGNIFICAT (Lc 1, 46-55)

Marie nous donne là l'exemple de toujours tout faire remonter à Dieu pour sa gloire, sans rien nous attribuer du bien que nous avons pu faire.

La Nativité (fête le 25 décembre) Luc 2, 1-20

et Marie conservait toutes ces choses dans son cœur. (Lc 2, 19)

Devant le mystère de l'Incarnation, Marie nous apprend l'attitude d'adoration et de contemplation.

La Purification, et la Présentation de l'Enfant de Jésus au Temple (fête le 2 février)

Luc 2, 22-33, avec la prophétie de Siméon

Cet enfant doit amener la chute et le relèvement d'un grand nombre en Israël ;
il doit être un signe en butte à la contradiction,
- et toi-même, un glaive te transpercera l'âme -
afin que se révèlent les pensées intimes d'un grand nombre. (Lc 2, 34-35)

Marie nous apprend la parfaite soumission à la volonté de Dieu en toutes circonstances.

La fuite en Egypte (Matthieu 2, 13-23)

Exemple de patience dans toutes les épreuves, signe toujours de cette parfaite soumission à la volonté de Dieu.

Le recouvrement de Jésus au Temple, à l'âge de 12 ans (Luc 2, 41-50.)

Mon enfant , pourquoi nous as-tu fait cela ? (Lc 2, 48)

Et il leur était soumis. Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses dans son cœur. (Lc 2, 51-52)

Marie exerce comme il convient son autorité sur son Fils, consciente de ses responsabilités.

Pendant la vie publique de Jésus

Commence alors pour Marie une autre étape, et une autre attitude : elle passe, pour ainsi dire, à l'arrière plan, mais elle est toujours là, présente, intervenant discrètement en notre faveur.

Les Noces de Cana :

Marie est attentive à tous nos besoins et intercède pour nous auprès de son Fils.

Ils n'ont plus de vin. (Jn 2, 3)

Mais surtout, écoutons son conseil : Faites tout ce qu'il vous dira. (Jn 2, 5)

On n'entendra plus la voix de Marie dans l'Évangile.
Mais on parlera encore d'elle ; les quelques mots à son sujet sont pour nous tout un enseignement :

Ta mère et tes frères (ce qui signifie cousins) sont là qui te demandent.
Mais il répondit à celui qui le lui disait : "Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?
Et étendant la main vers ses disciples, Il dit : Voici ma mère et mes frères.
Quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux,
c'est lui qui est mon frère, et ma sœur, et ma mère.
(M 12, 46-50 - passages similaires : Mc 3. 31-35 - Lc 8, 19-21)

Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu
et qui la mettent en pratique. (Lc 8, 21)

Sans la nommer, Jésus rend à sa mère un très bel hommage :

Or, tandis qu'il parlait ainsi, une femme éleva la voix au milieu de la foule et lui dit :
Heureuses les entrailles qui t'ont porté et les seins que tu as sucés ! Mais lui répondit :
Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent. (Lc 11, 27-28)

Le Jeudi-Saint, était-elle présente au repas pascal et à l'institution de l'Eucharistie ? L'Evangile ne le mentionne pas. Mais il serait bien surprenant que, en un moment d'une si grande importance, elle n'ait pas été aux côtés de son Fils…

En tous cas, nous la retrouvons sur le chemin du Calvaire, à la quatrième station du Chemin de Croix (d'après la tradition, car l'Évangile ne le mentionne pas non plus).

Au Calvaire

Près de la Croix se tenait sa mère... Voyant sa mère et près d'elle le disciple qu'il aimait,
Jésus dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple : Voilà ta mère.
Et dès ce moment, le disciple la prit chez lui. (Jn 19, 26)

En la personne de saint Jean, c'est nous tous qui devenons, en ce moment crucial, les enfants de Notre-Dame. Elle devient notre Mère, et Mère de l'Église.

À la Résurrection

Là non plus, l'Évangile ne le mentionne pas : mais la Tradition a toujours pensé que Jésus, au matin de Pâques, a réservé sa toute première apparition à sa sainte Mère, pour la réconforter après la si lourde épreuve du Vendredi-Saint.

À l'Ascension

Pas davantage, ici, l'Évangile ne mentionne la présence de Marie. Mais là encore, la tradition iconographique la représente parmi les apôtres voyant le Seigneur remonter au ciel.

Après l'Ascension, Marie est au Cénacle avec les Apôtres, attendant dans la prière la venue du Saint-Esprit.

Tous, d'un même cœur, persévéraient dans la prière avec quelques femmes
dont Marie mère de Jésus. (Ac 1, 14)

À la Pentecôte

A la Pentecôte, Marie reçoit de nouveau le Saint-Esprit avec la plénitude de ses grâces.

Elle reçoit en même temps le don d'être la Mère de toute l'Église : ce don lui avait déjà été fait au pied de la croix, en la personne de saint Jean, en tant que prêtre.

L'Esprit-Saint lui confirma ce don au jour de la Pentecôte.

Rôle de Marie dans l'Église naissante

Jusqu'à sa mort, Marie ne cessera d'aider les apôtres, en leur faisant part de ses lumières, en compatissant à leurs souffrances, en adressant à Dieu de vives supplications pour le succès de leur apostolat.
Vis-à-vis des fidèles, elle était pour eux un exemple parfait et les encourageait au milieu des persécutions.

L'Assomption de Notre Dame

La vie terrestre de Marie se termine enfin...

La tradition veut que, au moment de sa "dormition", elle ait été entourée de tous les apôtres qui la vénéraient d'un très grand amour, comme la Mère de leur Seigneur... et la leur.

Elle va enfin retrouver au Ciel son Fils bien-aimé…

Mais comment imaginer que Marie, sanctuaire vivant du Dieu trois fois saint, Elle qui n'a jamais péché, ait pu être atteinte par la corruption du tombeau, salaire du péché ?

Elle va donc monter au Ciel avec son âme et son corps : l'Église fête cette "assomption" depuis une haute antiquité (V° siècle).

En 1950, le pape Pie XII a confirmé cette croyance universelle. Il l'a établie comme une vérité de foi, incluse dans celle de l'Immaculée Conception et de la Maternité Divine.

"Marie, l'Immaculée Mère de Dieu, toujours Vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste". (Pie XII 1-11-1950)

Le Couronnement de Marie au ciel

Il ne suffisait pas que Marie, très justement préservée de la corruption du tombeau, monte au ciel en son corps et en son âme…

A la suite de son Fils, après avoir vaincu la mort, elle a obtenu d'être élevée, corps et âme, à la gloire suprême du ciel, pour y resplendir en qualité de Reine, à la droite de son Fils, le Roi immortel des siècles. (Pie XII 1-11-1950)

C'est le cinquième mystère glorieux de notre Rosaire :

Couronnée de gloire, Marie brille comme Reine des Anges et des Saints, anticipation et sommet de la condition eschatologique de l'Église.
(Jean-Paul II, Lettre apostolique "Le Rosaire de la Vierge Marie" § 23)

Une longue tradition iconographique - qui exprime bien la foi du peuple chrétien - nous la représente, au ciel, couronnée par son Fils, ou même seule, en Vierge couronnée.

Pensons à tant de tympans de nos cathédrales, de vitraux (la Belle Verrière de Chartres), mosaïques, peintures de toutes les époques, Fra Angelico notamment !


L'histoire de Marie ne s'arrête pas encore là…

Marie au ciel ne cesse de veiller sur ses enfants…

Marie au ciel continue de veiller sur ses enfants, d'intercéder pour eux et d'intervenir auprès d'eux.

Au fil des siècles, la Sainte Vierge s'est souvent manifestée lors d'apparitions privées : il revient à l'Église, à ce sujet, d'étudier et de déclarer leur authenticité.

Dans les apparitions reconnues, elle nous parle de son Fils et de l'attitude qu'Il attend de nous.

Nous avons peu entendu la voix de Marie dans l'Évangile.
Mais depuis, nous avons reçu d'elle, lors de ces visites sur la terre, des messages pressants qui peuvent se résumer ainsi :

Priez, priez beaucoup. -- Priez sans cesse pour les pécheurs. -- Priez et faites pénitence. –
N'offensez plus mon Fils, surtout dans la Sainte Eucharistie –
Dieu veut qu'on honore mon Cœur Immaculé.


Rappel : série de 32 dessins sur la vie de Notre-Dame.


Spécial MARIE - Page d'accueil - Index général