Nous avons probablement déjà expliqué à nos enfants que nous ne sommes pas sur cette terre pour y rester,
que la vie nous est donnée pour nous préparer à la vie du Ciel.
Et nous cherchons à les élever dans ce sens.
La fête de la Toussaint est l'occasion où jamais de concrétiser pour nos enfants le désir du Ciel.

La Toussaint est une très grande fête ! Nous nous réjouissons du bonheur de tous les bienheureux dans le Ciel. A travers cette belle et joyeuse célébration, l’Église nous fait entrevoir tout le bonheur qui nous attend, nous aussi, après notre vie sur la terre.

La Toussaint : date capitale, qu'il ne faut surtout pas laisser confondre avec la célébration des défunts (qui a lieu le lendemain : 2 novembre).
La Toussaint est une fête joyeuse, célébrée en blanc, au son du Gloria et des Alléluia
Elle nous rend sensible l'énorme "poids de gloire" qui représente la part d'humanité déjà pleinement unie à Dieu. Seul ce poids de gloire peut rendre supportables les peines et les difficultés du combat présent et aider toute la famille à avancer sans morosité sur le chemin que Dieu lui trace. Dieu veut le bonheur de ses enfants et nous le devinons dans la joie des saints. Comment rendre cela sensible à tous ?
(Père Michel GITTON. La prière en famille. Tequi 1996)

Nous avons probablement déjà expliqué à nos enfants que nous ne sommes pas sur cette terre pour y rester, que la vie nous est donnée pour nous préparer à la vie du Ciel. Et nous cherchons à les élever dans ce sens.

La fête de la Toussaint est l'occasion ou jamais de concrétiser pour nos enfants le désir du Ciel.

D'abord au cours de la prière du soir, en contemplant, à travers les textes liturgiques notamment, la joie du Ciel et le bonheur des élus.

Mais, pour bien s'intégrer dans le cœur de nos enfants, ce temps de prière, cette orientation spirituelle, demandera à être complété par diverses activités pratiques, voire ludiques, qui en seront un appoint précieux. Comment n'y seraient-ils pas réceptifs ? C'est à travers ces activités qu'ils comprendront la grandeur et la beauté de cette fête.

Depuis quelques années, l'accent a été mis dans ce sens, pour revaloriser la fête de la Toussaint. Diverses initiatives sont nées ainsi :

En paroisse, le défilé des saints

Par exemple, le défilé des saints au cours d'une veillée festive, le 31 au soir :
tous les enfants étant "déguisés" en leur saint patron, un défilé aux flambeaux dans les rues du village ou du quartier, pique-nique ensuite, avec (lorsque c'est possible) un feu de camp dans la cour d'un local paroissial, suivi d'une projection de film (sur une vie de saint par exemple) ou autre activité de détente. Et chants adaptés à la circonstance.
Le lendemain 1er novembre, procession d'entrée pour la messe, avec ces mêmes enfants toujours habillés en saints.

Bien sûr, pour être réussie, cette activité a besoin d'être préparée à l'avance :

- à la fois sur le plan matériel (préparer les costumes) ce qui mobilise les mamans qui répondent volontiers à l'appel… Et nombreux seront les parents qui ne manqueront pas ce jour-là de venir à la messe, ou à la veillée, pour voir leur progéniture…

- mais aussi pour la préparation intérieure des enfants : dès la rentrée de septembre, ils sont invités à rechercher qui est leur saint patron. Cette recherche, elle aussi, mobilise les parents !

Le "gâteau de la Toussaint"

Toujours sur la paroisse, en lien avec les commerçants, s'est mise en place, depuis quelques années, une nouvelle "tradition" : le "gâteau de la Toussaint".

Une veillée familiale

Mais ce qui a pu se réaliser ainsi en paroisse peut très bien être repris dans une petite veillée familiale, où chaque enfant s'habille en effet comme son saint patron. Un dîner de fête, des bougies, des fleurs…

On peut aussi imaginer une ou plusieurs courtes scènes de mime, par les enfants, sur la vie de l'un ou l'autre des saints patrons de la famille. (Ce sera plus facile pour certains que pour d'autres…)

Pour animer cette veillée, le Père Gitton propose de nombreuses suggestions intéressantes :

On pourrait imaginer une veillée le 31 octobre au soir, en présence des images de beaucoup de saints, parmi ceux qu'on aime particulièrement, avec beaucoup de cierges. Et là, se raconter quelques belles histoires, en chantant des cantiques adaptés (le chant des béatitudes s'impose).
Au petit déjeuner, on peut imaginer de "tirer au sort les béatitudes" : les neuf béatitudes calligraphiées sur un bout de papier sont proposées (après avoir été retournées) à chaque membre qui en tire une : celle qu'il obtient ainsi est comme un appel particulier qu'il reçoit à la sainteté. La célébration du jour, à l'église, doit être choisie de manière que le mystère y soit bien mis en valeur. Une visite dans un lieu où se trouvent les reliques d'un saint particulièrement aimé serait un utile complément.
(Père Michel GITTON. La prière en famille. Téqui 1996)

Un jeu de piste sur le thème des saints

Dans d'autres cas, certaines familles se sont réunies pour organiser, au cours de la semaine des vacances, un jeu de piste sur le thème des saints, avec parfois des "colles" assez subtiles ! Ce qui oblige les enfant à approfondir leurs connaissances sur leur saint patron ou sur ceux des églises d'alentour…

Cela stimule tout le monde, les parents pour la préparation, les enfants ensuite, réunis à plusieurs familles. Le tout se termine bien sûr, par un joyeux goûter dans l'une des familles.

Une visite chez les commerçants…

Des parents de jeunes enfants ont eu l'idée de les envoyer chez les commerçants du voisinage : "Demain, c'est la Toussaint, c'est la fête de tout le monde, alors on vient vous souhaiter une bonne fête".

Ils apportaient avec eux quelques fleurs et un petit billet où était inscrite une phrase de la Sainte Écriture, en relation si possible avec la joie du Ciel ou, du moins, une note spirituelle.
Surprise… et joie de toutes les personnes visitées !

Et ces enfants, encore petits (4, 5 et 7 ans) ont appris ainsi le sens profond de la joie de la Toussaint.


Tous les documents et dessins pour la Toussaint - Page d'accueil - Index général