Jésus nous a fréquemment parlé du jugement. Ce document, à partir de nombreuses citations, nous fait réfléchir à cette vérité de foi si importante : nous serons jugés.
Sachons profiter du temps qui nous est donné pour nous convertir.

Voici que je viens bientôt, et j'ai avec moi ma récompense, 
pour rendre à chacun selon son œuvre. (Ap 22, 12)

Juste après la proclamation, dans le Symbole des Apôtres, de l'Ascension de Notre Seigneur au Ciel et l'annonce de son retour, vient l'affirmation D'où Il viendra pour juger les vivants et les morts.
Oui, nous serons jugés…

Après le temps de la Miséricorde, le temps de la Justice

Au dernier jour, Notre-Seigneur Jésus-Christ jugera le genre humain tout entier. 
Les Saintes Écritures, en effet, mentionnent deux avènements du Fils de Dieu : le premier, lorsque pour nous sauver, Il a pris notre nature, et s'est fait homme dans le sein d'une vierge ; 
le second, quand, à la consommation des siècles, Il viendra pour juger tous les hommes. 
Ce dernier avènement est appelé dans l'Ecriture "le jour du Seigneur" :

Le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. (1 Th 5, 2)

Personne ne connaît ce jour ni cette heure ... (Mt 24, 36)

Nous devons tous comparaître devant le tribunal de Jésus-Christ, afin que chacun reçoive 
ce qui est dû aux bonnes ou aux mauvaises actions qu'il aura faites pendant qu'il était revêtu de son corps. (2 Co 5, 10)

(Catéchisme du Concile de Trente.)

Après le temps de la Miséricorde, où Jésus est venu pour nous sauver, viendra le temps de la Justice de Dieu, où Jésus viendra pour nous juger :

C'est face au Christ qui est la Vérité que sera définitivement mise à nu la vérité sur la relation de chaque homme à Dieu. 
Le Jugement dernier révélera jusque dans ses ultimes conséquences ce que chacun aura fait de bien, ou omis de faire, durant sa vie terrestre. (CEC 1039)

Nous aurons à rendre compte à Dieu de toute notre vie

Le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. 
(Mt 18, 23-35, parabole du serviteur insolvable)

Dieu nous a tout donné, dans l'ordre de la nature et dans l'ordre de la grâce. 
Mais Il attend de nous que nous développions en nous les dons qu'Il nous a faits. Que nous portions du fruit. (Jn 15, 16, parabole de la Vigne)

Rendre cent, ou soixante, ou trente pour un. (Mt 3-9, parabole du semeur)

C'est encore la parabole des talents (Mt 25, 14-30). 
Selon ce que nous aurons fait de notre vie, nous nous entendrons dire :

C'est bien, bon et fidèle serviteur, (...) entre dans la joie de ton maître. (v. 21, 23)

ou bien :

Ce serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors :
là seront les pleurs et les grincements de dents. (v.30)

Toute notre vie sera mise au grand jour

Lorsque viendra le Seigneur, Il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et Il manifestera les intentions des cœurs ; et alors, chacun recevra de Dieu la louange qui lui est due. (1 Co 4, 5)

A la suite des prophètes (Dn 7, 10 - Jl 3, 4 - Ml 3, 19) et de Jean-Baptiste (Mt 3, 7-12), Jésus a annoncé dans sa prédication le Jugement du dernier Jour (Mt 25, 31-46). 
Alors seront mis en lumière la conduite de chacun et le secret des cœurs : Le jugement, le voici : 
la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal, hait la lumière, de peur que ses œuvres ne soient condamnées. Mais celui qui accomplit la vérité vient à la lumière, de sorte que ses œuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu. (Jn 3, 19-21)

Alors sera condamnée l'incrédulité coupable qui a tenu pour rien la grâce offerte par Dieu.
L'attitude par rapport au prochain révélera l'accueil ou le refus de la grâce et de l'amour divin. 
Jésus dira au dernier jour "Tout ce que vous aurez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait." (Mt 25, 40) (CEC 678)

Les enfants sont très sensibles à cette idée que Dieu voit tout, jusqu'au plus profond de nos cœurs. Savoir que même si maman ne me voit pas, même si personne ne me voit, Dieu me voit, et qu'Il voit même ce que je pense au fond de mon cœur, cette certitude peut efficacement retenir l'enfant dans une tentation.

A plus forte raison, l'idée que toutes nos actions seront mises au grand jour, devant tout le monde, au jour du grand Jugement, doit-elle nous aider à vivre dans la lumière de la vérité.

Gardez-vous (...) de l'hypocrisie : il n'y a rien de caché qui ne doive être connu. (Lc 12, 1-3)

Nous serons jugés

Nous serons jugés sur TOUTES nos actions, les bonnes et les mauvaises : c'est le sens de la balance que l'on retrouve si souvent dans l'iconographie chrétienne ou sur les tympans de nos cathédrales. Saint Michel pèse les âmes : si le Bien qu'elles ont fait dans toute leur vie fait pencher la balance, heureuses ces âmes qui montent en paradis. Mais si elles sont trouvées trop légères... ?

Le Christ est Seigneur de la vie éternelle. Le plein droit de juger définitivement les œuvres et les cœurs des hommes Lui appartient en tant que Rédempteur du monde. Il a "acquis" ce droit par sa Croix. Aussi le Père a-t-il remis le jugement tout entier au Fils. (Jn 5, 22)
Or, lors de son premier avènement, le Fils n'est pas venu pour juger mais pour sauver et pour donner la vie qui est en Lui. (Jn. 5, 26)

C'est par le refus de la grâce en cette vie que chacun se juge déjà lui-même :

Qui croit en Lui n'est pas jugé ; qui ne croit pas est déjà jugé, 
parce qu'il n'a pas voulu croire au nom du Fils unique de Dieu. (Jn 3, 18)

Qui me rejette et ne reçoit pas mes paroles a son juge :
la parole que j'ai annoncée, c'est elle qui le jugera au dernier jour. (Jn 12, 48)

- qu'il reçoit selon ses œuvres :

Que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit (...) 
L'œuvre de chacun deviendra manifeste ; 
le Jour la fera connaître, car il doit se révéler dans le feu, 
et c'est ce feu qui éprouvera la qualité de l'œuvre de chacun. (1 Co 3, 10. 12-14)

et qu'il peut même se damner pour l'éternité en refusant l'Esprit d'amour.

Quiconque dit une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera remis ;
mais pour qui parle contre l'Esprit-Saint, il n'y aura pas de rémission 
ni dans ce monde-ci, ni dans le monde à venir. (Mt 12, 32) (CEC 679)

"Il nous faut songer très attentivement que Celui qui est monté plein de douceur reviendra terrible ; et tout ce qu'Il nous a demandé avec mansuétude, Il l'exigera de nous avec sévérité.
Que personne donc ne fasse point peu de cas des temps accordés à la pénitence, 
que personne ne néglige le soin de son salut, tandis qu'il le peut : 
car notre Rédempteur viendra alors pour le jugement, d'autant plus sévère 
qu'avant le jugement Il nous aura témoigné une plus grande patience." 
(Saint Grégoire)

Dieu rendra à chacun selon ses œuvres

La notion de récompense ou de punition relève de la plus élémentaire justice.

Telles les œuvres, telle la rétribution... (Is 59, 18)

Nous devons bien comprendre que la justice de Dieu est parfaite, et que, même si elle n'est pas toujours immédiate (c'est bien ce qui trompe les "impies", les "méchants"), elle s'exercera certainement.

Loin du Tout-Puissant l'injustice ! 
Il rend à chacun selon ses œuvres, Il rétribue chacun selon ses voies. (Jb 34, 11)

Le Seigneur me rendra selon ma justice, il me récompensera selon la pureté de mes mains ; 
car j'ai gardé les voies du Seigneur, et je n'ai pas commis d'infidélité contre mon Dieu.
Ses jugements sont tous devant mes yeux ; 
ses volontés, je ne les ai pas repoussées loin de moi.
J'ai été sans reproche envers Lui, et je me tiens en garde contre mon iniquité. (Ps 17, 20-24)

Par ton endurcissement et l'impénitence de ton cœur, tu t'amasses un trésor de colère 
pour le jour de la colère où doit se manifester le juste jugement de Dieu 
qui rendra à chacun selon ses œuvres : 
- la vie éternelle à ceux qui par leur constance dans le bien recherchent la gloire, 
l'honneur et l'immortalité, 
- mais la colère et l'indignation aux esprits rebelles, à ceux qui, indociles à la vérité, 
se montrent dociles au mal. (Rm 2, 5-8)

La récompense, c'est d'être admis au bonheur du Ciel : c'est seulement PAR JÉSUS que nous pouvons l'obtenir, Lui qui nous a "sauvés" en mourant pour nous sur la Croix. C'est l'œuvre de la Rédemption.

Peut-on "mériter" le Ciel ?

Mais Dieu "qui nous a créés sans nous, n'a pas voulu nous sauver sans nous" (Saint Augustin). 
Il a voulu que nous apportions notre part à cette œuvre de salut par nos bonnes actions, tout ce que nous faisons de bien en vue d'obtenir ce bonheur du Ciel : c'est ce qu'on appelle les "mérites".

A l'égard de Dieu, il n'y a pas, au sens d'un droit strict, de mérite de la part de l'homme. 
Entre Lui et nous, l'inégalité est sans mesure, car nous avons tout reçu de Lui, notre Créateur.
Le mérite de l'homme auprès de Dieu dans la vie chrétienne provient de ce que Dieu a librement disposé d'associer l'homme à l'œuvre de sa grâce (...)
Les mérites des bonnes œuvres doivent être attribués à la grâce de Dieu d'abord, au fidèle ensuite. 
Le mérite de l'homme revient, d'ailleurs, lui-même à Dieu, car ses bonnes actions procèdent dans le Christ des prévenances et des secours de l'Esprit-Saint.
La charité du Christ est en nous la source de tous nos mérites devant Dieu (...) Les saints ont toujours eu une conscience vive que leurs mérites étaient pure grâce. (CEC 2007-2011)

NB : Les enfants ont un sens aigu de la justice : il est donc très important d'intégrer cette notion dans l'éducation quotidienne.

Le jugement, séparation définitive des bons et des méchants

Cette séparation, Notre Seigneur l'a souvent annoncée :

l'ivraie et le bon grain : Mt 13, 24-30. En voici l'explication par Jésus Lui-même (v. 37-43) :

Comme on cueille l'ivraie et qu'on la brûle au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde.
Le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son royaume tous les scandales
et ceux qui commettent l'iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise ardente :
c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père.
Que celui qui a des oreilles entende !

le filet jeté dans la mer : Mt 13, 47-52

Lorsque le filet est plein, les pêcheurs le tirent sur le rivage et, s'étant assis,
ils choisissent les bons pour les mettre dans des paniers, et jettent les mauvais.
Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : 
les anges viendront et sépareront les méchants du milieu des justes,
et ils les jetteront dans la fournaise ardente : 
c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. (Mt 13, 47-52)

comme le pasteur sépare les brebis d'avec les boucs... Mt 25, 31-46

Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, et tous ses anges avec lui, 
il s'assiéra sur le trône de sa gloire. 
Et toutes les nations étant rassemblées devant lui, il séparera les uns d'avec les autres, 
comme le pasteur sépare les brebis d'avec les boucs. (...) 
Et ceux-ci s'en iront à l'éternel supplice, et les justes à la vie éternelle. (Mt 25, 31-46)

Sachons profiter du temps qui nous est donné pour nous convertir

Le message du Jugement dernier appelle à la conversion pendant que Dieu donne encore aux hommes "le temps favorable, le temps du salut" (2 Co 6, 2). (CEC1041)

Ce que je veux, est-ce la mort du pécheur ? 
N'est-ce pas plutôt qu'il se détourne de sa mauvaise voie et qu'il vive ? (Ez 18, 23)

1) Tant que nous sommes ici-bas, nous pouvons bénéficier de la Miséricorde de Dieu

Parce que Tu peux tout, Tu as pitié de tous
et Tu fermes les yeux sur les péchés des hommes pour qu'ils se repentent ...
Et Tu leur pardonnes, parce que tout est à Toi, Seigneur, qui aimes les âmes.

C'est pourquoi Tu châties avec modération ceux qui tombent 
et, quand ils pèchent, Tu les avertis et les reprends, 
afin que, renonçant à leur malice, ils croient en Toi, Seigneur. (Sg 11, 23, 26 /12, 2)

2) Dieu aime à pardonner

Ayons confiance en son infinie Bonté et Miséricorde, sans jamais nous endurcir dans le péché, ni sombrer dans le désespoir, réaction d'orgueil et piège du démon pour nous empêcher d'être sauvés.
Mais revenons toujours, par le sacrement de réconciliation, à Celui qui s'est fait le médecin de nos âmes.
La seule chose que Dieu ne peut pardonner, c'est l'orgueilleux qui refuse de demander pardon, qui s'entête dans son mal, qui ne veut pas reconnaître son tort, ni s'humilier devant Lui.

Dieu résiste aux orgueilleux et donne sa grâce aux humbles. (Pr 3, 34)

Méditons à ce sujet l'exemple des deux larrons, de part et d'autre de la Croix qui seule pouvait les sauver.

3) Dieu nous laisse libres

Vois, J'ai mis aujourd'hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal, 
en te prescrivant aujourd'hui d'aimer le Seigneur ton Dieu, 
de marcher dans ses voies et d'observer ses commandements ...
afin que tu vives et que le Seigneur te bénisse dans le pays* où tu vas entrer pour le posséder.

Mais si ton cœur se détourne, que tu n'écoutes point, ...
Je vous déclare en ce jour que vous périrez certainement.

J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction.
Choisis donc la vie afin que tu vives,
en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix et en t'attachant à Lui. (Dt 30, 15-20)

* Historiquement, ce pays est la Palestine, terre promise à Abraham, puis à Moïse. 
Allégoriquement, c'est l'image du Ciel où nous sommes tous appelés à entrer.


 

Tous les documents et dessins pour les défunts - Page d'accueil - Index général

Tous les documents pour la Toussaint