La Toussaint est une fête de joie : nous réjouir du bonheur de tous ceux qui sont définitivement auprès de Dieu.
C'est à cela que nous sommes tous appelés.
Jésus nous a tracé le chemin et les saints nous ont montré, chacun à leur façon, que nous pouvions Le suivre.

Un peu d'histoire…

Cette fête est très ancienne : elle a pour origine la dédicace du Panthéon romain au culte du vrai Dieu. Ce temple païen avait été dédié par l'empereur Auguste à tous les dieux du paganisme. (d'où son nom de "pan-théon")

En 610, le pape Boniface IV, pour pouvoir y transporter de nombreux ossements de martyrs tirés des catacombes, dédia cette nouvelle basilique chrétienne à Sainte Marie et aux Martyrs.

La fête de cette dédicace prit par la suite un caractère plus universel : on consacra alors cette basilique à Sainte Marie et à tous les Saints.

Elle fut fixée au 1er novembre en 835 par le pape Grégoire IV.

Cette fête de la Toussaint manifeste le triomphe du Christ sur les fausses divinités païennes.

Tous les saints…

La Toussaint, ou fête de tous les saints, le 1er Novembre, célèbre en une seule fête tous les élus du Ciel, ceux que Dieu a déjà accueillis dans son Royaume : tous, après avoir - comme nous maintenant - cheminé et peiné sur cette terre d'exil, ils goûtent désormais auprès de Dieu un bonheur sans fin et toujours renouvelé, dans la continuelle louange et acclamation du Dieu trois fois Saint.

Je vis une grande multitude que nul ne pouvait compter,
de toute nation, de toute tribu, de toute langue ;

elle se tenait devant le Trône et devant l'Agneau,
vêtue de robes blanches, des palmes à la main ;

de ses rangs s'élevait une acclamation puissante :
le salut est à notre Dieu qui siège sur le Trône, et à l'Agneau !

et tous adorèrent Dieu en disant : "Amen ! Bénédiction, gloire, sagesse, action de grâces,
honneur, puissance et force à notre Dieu dans les éternités d'éternités ! Amen." (Ap 7, 9-10)

Dans cette vision grandiose de la Jérusalem céleste, l’Église nous invite à nous réjouir du bonheur des saints, ce bonheur parfait, éternel.
Nous nous réjouissons pour eux, avec eux, et eux prient pour nous obtenir la même grâce.
Mais cette vision nous fait aussi entrevoir ce qu'est le bonheur du Ciel, ce à quoi nous devons aspirer de tout notre cœur… ce qui est en réalité le VRAI BUT DE NOTRE VIE.

Le bonheur du Ciel

C'est contempler Dieu dans sa Lumière de gloire et L'adorer :

"L'adoration, ah ! c'est un mot du Ciel ! Il me semble que l'on peut la définir : l'extase de l'amour.
C'est l'amour écrasé par la beauté, la force, la grandeur immense de l'Objet aimé... dans un silence profond, ce silence dont parlait David lorsqu'il s'écriait : "Le silence est ta louange ! "
(Bse Élisabeth de la Trinité. Pensées I - Vous êtes la Maison de Dieu. Ed. du Cerf)

C'est chanter sans fin sa louange, avec une joie sans cesse renouvelée :

"Une louange de gloire, c'est une âme qui fixe Dieu dans la foi et la simplicité ;
c'est un réflecteur de tout ce qu'Il est ;
c'est comme un abîme sans fond dans lequel Il peut s'écouler, s'épancher,
c'est aussi comme un cristal au travers duquel Il peut rayonner et contempler toutes ses perfections et sa propre splendeur.
Une âme qui permet ainsi à l'Être divin de rassasier en elle son besoin de communiquer tout ce qu'Il est et tout ce qu'Il a, est en réalité la louange de gloire de tous ses dons."
(Bse Élisabeth de la Trinité. Pensées I - Vous êtes la Maison de Dieu. Ed. du Cerf)

C'est encore Lui rendre grâces, Le remercier, Lui de qui nous avons tout reçu (1 Co 4, 7). Car c'est bien de Dieu que nous avons tout reçu :

- l'existence, en tout premier lieu (la vie naturelle),
- notre baptême qui nous donne la vie surnaturelle,
- puis cette possibilité d'obtenir le pardon de nos fautes par le sacrifice de la Croix,
- pour parvenir enfin à la béatitude éternelle auprès de Lui, véritable but de notre vie.

Ceux-là qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils et d'où sont-ils venus ? ...
Ce sont ceux qui viennent de la grande épreuve,
ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau ...

Et l'Agneau qui est au milieu du Trône les fera paître
et les conduira aux sources des eaux de la vie.
Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. (Ap 7, 13.17)

Qui sont les saints ? - "La face humaine de Dieu"

Les saints, ce ne sont pas seulement les saints "canonisés", ceux qui sont inscrits au calendrier…
Ce sont aussi les innombrables saints inconnus, cette immense multitude des élus dont saint Jean nous dit dans l’Apocalypse que "personne ne pouvait les dénombrer, de toutes les nations, de toutes les tribus, de tous les peuples et de toutes les langues..." (Ap 7, 9)… et de toutes les époques, Ancien ou Nouveau Testament.
C'est toute cette foule innombrable de ceux qui ont vécu humblement, obscurément, dans la fidélité à Dieu au quotidien et dans les plus petites choses :

Je mettrai tant d'amour dans les petites choses ordinaires qu'elles deviendront extraordinaires.
(sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)

Les saints ? Ce sont tous ceux qui auront vécu, fidèles à Dieu et à la grâce de leur baptême, dans la Foi, l'Espérance et la Charité, dans la pratique des commandements et des béatitudes.

Sous un aspect ou sous un autre, ils ont reproduit dans leur vie la sainteté du Christ, ils en sont le témoignage multiforme. Selon le joli mot de saint François de Sales, "la face humaine de Dieu".

Passés devant nous, ils nous indiquent le CHEMIN A SUIVRE pour goûter un jour cette joie, ce "repos éternel" qui nous est promis.

Que les justes soient comme dans un festin,
qu'ils tressaillent de joie en la présence de Dieu. (Ps 67, 4)

Tous, nous sommes appelés à la sainteté

Ce bonheur du Ciel nous attend, nous aussi, après cette vie ici-bas.

L’appel à la plénitude chrétienne et à la perfection de la charité s’adresse à tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur rang et leur état. Tous sont appelés à la sainteté : "Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait" (Mt 5, 48) (CEC 2013)

Heureux sommes-nous donc, nous à qui la robe nuptiale (Mt 22, 12) de la Charité a été remise au baptême comme un titre au banquet des cieux.

Heureux ceux qui sont invités au festin des noces de l'Agneau ! (Ap 19, 9)

Nous sommes tous appelés à la sainteté, c'est-à-dire à l'union avec Dieu : devenir participants de sa divinité. Cet état d'union avec Dieu dépasse la condition de notre nature humaine : pour cette raison, il s'appelle "vie sur-naturelle".

Le progrès spirituel tend à l’union toujours plus intime avec le Christ. Cette union s’appelle "mystique" parce qu’elle participe au mystère du Christ par les sacrements - les "saints mystères" - et, en Lui, au mystère de la Sainte Trinité.
Dieu nous appelle tous à cette intime union avec Lui, même si des grâces spéciales ou des signes extraordinaires de cette vie mystique sont seulement accordés à certains en vue de manifester le don gratuit fait à tous. (CEC 2014)

Cet état d'union avec Dieu dépasse infiniment la condition de notre nature humaine : mais c'est très précisément pour cela que Dieu nous a créés : faire de nous ses enfants et nous faire partager son bonheur auprès de Lui.

Pour obtenir le bonheur du Ciel, suivons l'exemple des saints…

L'Église nous invite donc à DÉSIRER ce bonheur, le désirer d'un grand désir… et à tout faire pour l'obtenir. Pour cela, les exemples des saints nous sont un soutien précieux, un encouragement à persévérer dans la bonne voie, à supporter nos peines ou nos épreuves : si eux l’ont pu, pourquoi pas nous ?

Le chemin de la perfection passe par la Croix. Il n’y a pas de sainteté sans renoncement et sans combat spirituel. Le progrès spirituel implique l’ascèse et la mortification qui conduisent graduellement à vivre dans la paix et la joie des béatitudes. (CEC 2015)

Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même,
qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. (Mt 16, 24)

… avant d'aller les retrouver au Ciel

Les enfants de notre Mère la Sainte Église espèrent justement la grâce de la persévérance finale et la récompense de Dieu leur Père pour les bonnes œuvres accomplies avec sa grâce en communion avec Jésus.
Gardant la même règle de vie, les croyants partagent la "bienheureuse espérance" (Tt 2, 13) de ceux que la miséricorde divine rassemble dans la "Cité sainte, la Jérusalem nouvelle qui descend du Ciel d’auprès de Dieu, prête comme une épouse parée pour son Époux" (Ap 21, 2). (CEC 2016)


Tous les documents et dessins pour la Toussaint - Page d'accueil - Index général 

La Toussaint est une fête qui se situe à la fin de l'année liturgique