Du découragement complet à la foi retrouvée.
La Résurrection de Jésus est la preuve la plus éclatante de sa divinité.
Pourquoi la Résurrection était-elle nécessaire ?
La foi en Jésus ressuscité, principe d'une vie nouvelle.

Alléluia ! Il est ressuscité comme Il l'avait dit ! (Mt 28, 6)

Du découragement complet à la foi retrouvée

Vendredi soir…

Au soir de cette dramatique journée, les apôtres ont perdu la foi : Jésus, "leur" Seigneur, est mort…: tous leurs espoirs se sont effondrés. Humainement parlant, tout est perdu.
Tous, ils se sont enfuis, désespérés. Sauf saint Jean, resté avec Notre-Dame au pied de la Croix.
Seule, la très Sainte Vierge Marie conserve dans son cœur cette certitude : "Il ressuscitera".
Toute la foi de l'Eglise, pendant ces trois jours, se trouve recueillie dans le cœur de Marie.

Sa Résurrection, Jésus l'avait pourtant annoncée à l'avance…

"Quatorze fois dans le temps de ses prédications, Notre Seigneur avait annoncé qu'après sa Passion et sa mort, il ressusciterait le troisième jour.
Et il présentait d'avance cette résurrection comme le signe évident et définitif auquel, non seulement les Apôtres, mais les Juifs infidèles eux-mêmes, pourraient reconnaître qu'Il était le Fils de Dieu, égal à Dieu son Père.
Les ennemis du Seigneur connaissaient si bien cette prophétie et en comprenaient si bien l'importance que leur premier soin, dès que Jésus eut été enlevé de la croix et déposé au tombeau, fut d'y mettre des gardes et d'en sceller la porte."
(Comtesse de Ségur. Évangile d'une Grand'Mère)

Les Apôtres, eux, non seulement n'avaient rien compris à ces prophéties, mais dans la désolation du Vendredi-Saint, ils les avaient bien oubliées...

Le premier soin du Christ ressuscité : ranimer la foi de ses amis

Le premier soin de Jésus sera donc d'aller rendre visite à tous ses amis, les uns après les autres ou ensemble, de les consoler après la terrible épreuve qu'ils ont vécue, et surtout de ranimer leur foi.

J'ai le pouvoir de donner ma vie, et J'ai le pouvoir de la reprendre… (Jn 10, 18)

Avec les Apôtres et comme eux, pour fortifier notre Foi, imprégnons-nous de la Lumière du Ressuscité, de sa Présence bienfaisante et réconfortante : notre vie chrétienne est une vie de foi en Jésus-Christ, Fils de Dieu et Dieu Lui-même, mort dans son humanité pour nos péchés, et ressuscité par le pouvoir de sa Divinité pour nous donner la vie divine.

Pour nous imprégner de cette lumière pascale, prenons le temps de lire chaque jour ces textes que nous donne l'Eglise, et d'en nourrir notre âme.

Toutes les scènes d'Évangile que la liturgie nous fait lire au cours de la semaine de Pâques sont autant de merveilleux tableaux où nous pouvons contempler la bonté de Jésus, sa douceur, sa puissance, son autorité, sa divinité.


 

La Résurrection de Jésus est la preuve la plus éclatante de sa divinité

Il est ressuscité par sa propre force

Par ce mot de Résurrection, il ne faut pas seulement entendre que Jésus-Christ s'est réveillé d'entre les morts, comme cela est arrivé à plusieurs autres, mais qu'Il est ressuscité par sa propre force, par sa Puissance personnelle, ce qui ne peut convenir qu'à LUI SEUL, car il est contraire à la nature - et personne n'a jamais eu ce pouvoir - de passer par sa propre vertu de la mort à la vie. Cela était réservé à Dieu seul, à sa souveraine Puissance. S'Il a été crucifié dans son infirmité d'homme, c'est par sa Puissance de DIEU qu'il est revenu à la vie. (2 Co 13, 4)
(Catéchisme du Concile de Trente)

"L'homme céleste" : une autre vie au-delà du temps et de l'espace

La Résurrection du Christ ne fut pas un retour à la vie terrestre, comme ce fut le cas pour les résurrections qu'Il avait accomplies avant Pâques : la fille de Jaïre, le jeune homme de Naïm, Lazare. Ces faits étaient des événements miraculeux, mais les personnes miraculées retrouvaient, par le pouvoir de Jésus, une vie terrestre "ordinaire". A un certain moment, ils mourront de nouveau.
La Résurrection du Christ est essentiellement différente. Dans son corps ressuscité, Il passe de l'état de mort à une autre vie au-delà du temps et de l'espace.
Le corps de Jésus est, dans la Résurrection, rempli de la puissance du Saint-Esprit : Il participe à la vie divine dans l'état de sa gloire, si bien que saint Paul peut dire du Christ qu'Il est "l'homme céleste" (1 Co 15, 49). (CEC 646)


 

Pourquoi la Résurrection de Jésus était-elle nécessaire ?

Si le Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est vide et vide aussi est votre foi… (1 Co 15, 12)

La Résurrection de Jésus était nécessaire :

1 - Pour faire éclater la justice de Dieu

Dieu se devait à Lui-même de glorifier Celui qui, pour obéir, s'était volontairement humilié et avait accepté tous les outrages.
Il s'est humilié Lui-même se rendant obéissant jusqu'à la mort et à la mort de la Croix.
C'est pourquoi Dieu L'a élevé ... (Ph 2, 8-9)

2 - Pour fortifier en nous la foi,

sans laquelle l'homme ne saurait être justifié (rendu juste, donc sauvé).
Car ce qui prouve le mieux que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, c'est sa Résurrection d'entre les morts, et par sa propre puissance.

3 - Pour nourrir et soutenir notre espérance

En effet, par le seul fait que Jésus-Christ est ressuscité, nous avons le droit d'espérer d'une manière certaine que nous aussi nous ressusciterons. Car les membres doivent, de toute nécessité, partager le sort de la Tête.

4 - Pour achever le mystère de notre Salut et de notre Rédemption

Par sa mort, Jésus-Christ nous a délivrés de nos péchés.
Par sa Résurrection, Il nous rend ces biens précieux que le péché nous avait fait perdre.

Jésus-Christ a été livré pour nos péchés, et Il est ressuscité pour notre justification. (Rm 4, 25)

Pour que l'œuvre de notre salut soit complète, la Résurrection de Notre Seigneur était donc nécessaire, aussi bien que sa Mort.
(Catéchisme du Concile de Trente)

"Pour notre justification" : la justification, c'est le relèvement de l'homme pécheur.
Car depuis le péché originel, l'homme est un homme "tombé", un homme déchu. Il n'est plus "juste",
il a besoin d'être justifié, c'est-à-dire de se réconcilier, de rentrer en grâce avec Dieu, son Créateur. Une seule chose peut nous justifier aux yeux de Dieu, ce sont les mérites de la mort de Jésus, notre Sauveur :

C'est le sang du Christ qui nous a fait devenir des justes… (Rm 5, 9)

En Lui, par son sang, nous avons le rachat, le pardon de nos péchés. (Ep 1, 7)

Ces mérites nous sont transmis par la grâce sanctifiante ("justifiante") par le moyen des sacrements. C'est la grâce du Saint-Esprit qui a le pouvoir de nous justifier, c'est-à-dire de nous laver de nos péchés et de nous communiquer "la justice de Dieu, par la foi en Jésus-Christ" (Rm 3, 22) et par le Baptême.

L'homme justifié, réconcilié avec Dieu, va désormais pouvoir vivre dans la "justice", c'est-à-dire se conduire d'une manière digne du Seigneur, et Lui plaire en toutes sortes de choses. (Col 1, 10)

Cette notion de justice, ainsi comprise, rejoint l'idée de sainteté :

Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification, en Jésus-Christ Notre Seigneur. (1 Th 4, 4)


 

La foi en Jésus ressuscité, principe d'une vie nouvelle

Jésus se fait Lui-même la Vie de notre âme :

Je suis la Résurrection et la Vie ; celui qui croit en Moi, fût-il mort, vivra,
et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. Le crois-tu ?
- Oui, Seigneur, répondit Marthe, je crois que Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant,
qui es venu en ce monde. (Jn 11, 25-27)

Cette vie nouvelle s'appuie nécessairement sur la foi en Jésus-Christ : ce qu'Il attend de nous maintenant, c'est que nous reproduisions dans notre vie le modèle de la sienne. Vivre avec Lui, par Lui, en Lui, vivre de sa Vie.

Ce n'est plus moi qui vit, c'est le Christ qui vit en moi ! Ma vie présente dans la chair,
je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi. (Ga 2, 20)


Ensemble pour Pâques - Page d'accueil - Index général