Fil conducteur pour un chemin de Croix avec des enfants.
N'hésitez pas à emmener vos enfants, à partir de 5-6 ans, faire un chemin de Croix.
C'est une source de grandes grâces.

Nous conseillons, pour la première fois, de le faire "en privé", seule avec vos enfants, éventuellement quelques autres du voisinage (pas plus de 5 ou 6 enfants).

La raison principale étant que vous adapterez plus facilement votre commentaire à l'âge des petits, et ce sera moins long que le Chemin de Croix "paroissial", auquel il sera bon d'emmener les plus grands.
Vous pouvez les y préparer en introduisant successivement chacune de ces méditations, à la prière du soir, une par une, au cours des deux dernières semaines avant Pâques.

Deux idées-clé : CONTRITION, COMPASSION.

Si ce texte vous paraît trop difficile pour vos petits, vous l'allégerez pour le mettre à leur portée. Mais d'abord méditez-le vous-mêmes.

Que ce soit à l'église ou à la maison, il sera bon de commencer par quelques instants de silence : se mettre dans un état de recueillement et de disponibilité pour accueillir ce grand mystère de la Passion de Notre Seigneur.

1ère Station : Jésus est condamné à mort

Jésus n'a jamais rien fait de mal, mais Il est condamné à mort par un mauvais juge, comme s'Il était un criminel. Et Jésus se tait, Il ne cherche pas à se défendre.
C'est pour MES péchés qu'Il est accusé et condamné à mourir, c'est pour les réparer.

Et moi ? est-ce que je sais me taire quand on me gronde ?
Jésus, apprenez-moi à me taire et à supporter avec patience les remarques qu'on me fait,
à savoir reconnaître mes torts, et surtout à ne jamais accuser les autres.
Et même, comme Vous, à ne rien dire si on me gronde à la place d'un autre.

2ème Station : Jésus est chargé de sa croix

Jésus prend sa croix. Elle est lourde, très lourde : lourde de toutes les méchancetés des hommes.
Mais Jésus la prend avec amour : Il sait que c'est le moyen de réparer tout ce que nous avons fait de mal. Si quelqu'un m'aime, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive ...

Jésus, chaque fois que j'aurai quelque chose à faire qui m'ennuie, donnez-moi la force de le faire avec le sourire, ce sera ma manière de porter un peu ma petite croix avec Vous.

3ème Station : Jésus tombe pour la première fois

Jésus est très fatigué (il n'a pas dormi, et il a perdu beaucoup de sang à sa flagellation), et la croix est très lourde : Il tombe.
Mais il pense à nous, et Il se relève : pour nous sauver, Il doit aller jusqu'au bout de son chemin de douleur. Jésus se relève, Il nous donne l'exemple de ce qu'il faut faire quand nous tombons dans un péché :

il faut toujours se relever, demander pardon, aller se confesser,
et demander à Jésus la force pour continuer à avancer.

4ème Station : Jésus rencontre sa sainte Mère

Comme la Sainte Vierge est malheureuse de voir son Fils si maltraité !
Mais elle a voulu être là, sur le bord du chemin, pour que Jésus la voie sur son passage.

Peut-elle Lui parler ? Non. Et pourtant juste en Le regardant, ses yeux vont lui dire quelque chose de très important : "Mon Fils, toute cette souffrance, je sais que c'est la volonté de Dieu pour sauver tous les hommes. Je l'accepte : que la volonté de Dieu soit faite !"

Et Marie s'unit de tout son cœur au sacrifice de son Fils. Elle sait que c'est pour sauver les hommes, pour leur ouvrir le ciel, et elle offre à Dieu toute sa souffrance.

Sainte Vierge Marie, ma bonne maman du Ciel, je veux toujours rester près de vous, je veux vous accompagner tout au long de ce Chemin de Croix : apprenez-moi à bien faire la volonté de Dieu et aidez-moi à offrir aussi mon sacrifice.

5ème Station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

Jésus est épuisé, les soldats voient bien qu'il ne pourra pas arriver au bout du chemin. Alors, ils vont obliger un passant à porter la croix avec Jésus.
Aider Jésus : qui voudra encore le faire maintenant ? Et comment allons-nous pouvoir L'aider, Le soulager, chercher à rendre sa croix moins lourde ?

En supportant tout ce qui nous ennuie, tout ce qui nous "pèse", avec courage, avec patience.
Chaque fois que, pour l'amour de Jésus, je fais un effort, un sacrifice, quelque chose qui me coûte, je fais comme Simon de Cyrène : j'aide Jésus à porter sa croix.

Et quand j'aurai envie de faire un caprice, ou un mensonge, ou autre chose de mal, je penserai que cela rend la croix de Jésus plus lourde : est-ce que j'aurai encore envie de le faire ? Certainement non.

6ème Station : Véronique essuie la face de Jésus

Une femme, Véronique, toute émue de voir Jésus si maltraité, court chez elle, prend une serviette, la mouille avec de l'eau fraîche et, sans avoir peur des soldats qui veulent l'en empêcher, elle court essuyer le visage défiguré de Jésus pour le rafraîchir.
Pour la remercier de sa compassion, Jésus lui fait un très beau cadeau : lorsqu'elle rentre chez elle et qu'elle veut laver ce linge tout sali, elle découvre que le visage de Jésus est comme photographié sur le linge. Alors elle l'a gardé bien précieusement.

Et nous : pensons-nous que nous avons aussi dans notre âme l'image de Jésus ? Comment cela ? Par notre baptême, qui nous "marque" à la ressemblance de Jésus, du signe des enfants de Dieu.

Gardons précieusement l'image de Jésus dans notre âme. Comme Véronique a gardé le linge.
Et pour garder dans notre cœur cette image de Jésus, que faut-il faire ?

Il faut toujours éviter de faire ce qui est mal.
Et chaque fois que nous faisons une bonne action, pour l'amour de Jésus, cette image se marque encore plus fort dans notre âme et nous fait ressembler davantage à Jésus.
Pensons aussi qu'il ne faut jamais avoir peur de se montrer l'ami de Jésus. Comme Véronique qui n'a pas eu peur des soldats.

7ème Station : Jésus tombe une seconde fois

La croix est très lourde : Jésus tombe encore une fois. Et encore une fois, Il se relève, dans des souffrances horribles. Pour aider les pécheurs à se relever, chaque fois qu'ils retombent dans leurs mauvaises habitudes, et qu'ils refont toujours les mêmes péchés.

Et moi ? Est-ce que je fais des efforts pour lutter contre mes défauts ? Est-ce que je demande à Jésus de m'aider ? Il nous a dit : "Sans Moi, vous ne pouvez rien faire".
Tout seul, je n'y arriverai pas, mais avec sa grâce, si je Lui demande, je pourrai y arriver.

8ème Station : Jésus console les filles d'Israël

Ne pleurez pas sur Moi, mais plutôt sur vous et sur vos enfants.
Cela veut dire : Le plus grave, ce n'est pas ma souffrance. Le plus grave, ce sont vos péchés, ceux de tous les hommes : c'est cela qu'il faut changer, qu'il faut supprimer de votre vie. Ce qu'il faut pleurer, ce sont vos péchés : il faut les regretter. Alors ma souffrance ne sera pas perdue.

Jésus veut nous faire comprendre qu'Il veut bien souffrir pour nous sauver, mais Il veut que nous changions de vie, que nous ne fassions plus de péchés, car c'est cela qui offense Dieu et qui rend les hommes malheureux.

Ô Jésus, apprenez-moi à détester tout ce qui mal, donnez-moi la force de ne plus le faire, d'unir mes petits efforts à votre grand Sacrifice.
Apprenez-moi aussi à réparer ce que j'ai fait de mal.

9ème Station : Jésus tombe pour la troisième fois

Jésus n'en peut plus : Il est là, par terre, le dos écrasé par cette croix si lourde...
S'Il n'écoutait que sa fatigue, immense, Il resterait là, sur le chemin, et Il se laisserait mourir. Mais non : Il sait qu'Il doit mourir en haut du chemin, sur la Croix, pour accomplir pleinement la Volonté de Dieu.

Alors, en pensant à tous les pécheurs, de tous les temps, Il va se relever, si péniblement :
c'est pour nous, pour chacun de nous, qu'Il offre toutes ses souffrances, sans se plaindre.
Pour effacer nos péchés, pour nous sauver et nous ouvrir le ciel.

Chaque fois que je retombe dans le péché (la colère, la gourmandise, le mensonge, la paresse ...) est-ce que je pense que je rends la croix de Jésus plus lourde et sa chute plus douloureuse ?

Alors, comme Jésus, il faut me relever, repartir, même si c'est difficile, sans jamais me décourager. Jésus m'accompagne, Il m'a montré le chemin le premier :

Jésus, je veux toujours Vous suivre, même sur votre Chemin de Croix.

10ème Station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Avant de clouer Jésus sur le bois de la croix, les soldats vont lui enlever sa robe : brutalement, tout d'un coup. Mais n'oublions pas que le corps de Jésus avait été complètement déchiré par la flagellation, et toutes ces plaies qui saignaient avaient collé sur son vêtement.

Vous, vous savez bien ce que c'est lorsqu'on a un pansement qui colle à un bobo et combien cela fait mal quand il faut le décoller. Alors pensez à toutes ces plaies de Jésus qui se sont remises à saigner. Jésus n'a pas eu une plainte, pas un mot de méchanceté pour ses bourreaux.
C'est pour nous que Jésus a tout supporté ...

Ô Jésus, apprenez-moi à ne jamais me plaindre lorsque j'ai mal : à côté de vos souffrances, c'est si peu de chose et Vous, Vous n'avez rien dit.
Donnez-moi du courage pour souffrir avec patience, comme Vous, avec Vous. Je veux Vous offrir ce sacrifice de ne rien dire lorsque j'ai mal.

11ème Station : Jésus est cloué sur la croix

Jésus s'est laissé clouer sur la croix parce qu'Il l'a voulu.
Lui qui est Dieu, qui est tout-puissant, il aurait pu empêcher les bourreaux de le toucher, de Lui faire mal. Non : Il a tant souffert parce qu'Il l'a voulu pour réparer nos péchés, pour demander pardon à Dieu à notre place, pour tout ce que nous faisons de mal. C'est par amour pour nous que Jésus a voulu souffrir.

Il a supporté les clous dans ses mains pour réparer tous les péchés que nous faisons avec nos mains.
Quoi, par exemple ? (se battre, voler, toucher à quelque chose de défendu, geste de colère ...)

Il a supporté les clous dans ses pieds pour réparer tout le mal que nous faisons avec nos pieds (aller où c'est défendu, donner des coups de pieds...)

Pardon, Jésus. Je ne veux plus être méchant, parce que je comprends que cela vous fait très mal, et je ne veux plus le faire.

12ème Station : Jésus meurt sur la croix

Jésus est resté 3 heures sur la croix avant de mourir. C'est très long, 3 heures, quand on a si mal.
Sur la croix, Il a encore prié pour nous : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font".
Comme Jésus est bon ! Au lieu de nous accuser, Il demande à Dieu de nous pardonner.

Et nous, nous sommes toujours prêts à accuser les autres :
"ce n'est pas de ma faute, c'est la faute de l'autre..."

Jésus nous donne l'exemple de toujours pardonner : il ne faudra plus accuser les autres.

Demandons à Jésus de nous donner la force de toujours pardonner quand quelqu'un nous a fait du mal. Pour Lui ressembler, c'est cela qu'Il nous demande de faire.
Sinon, on n'est pas vraiment son ami.

13ème Station : Jésus est descendu de la croix

Jésus est mort, Il ne souffre plus.
Mais la Sainte Vierge, elle, a-t-elle fini de souffrir ? Oh, non.

On a décloué le corps de Jésus, on l'a enlevé de la croix, et Marie le reçoit sur ses genoux et dans ses bras. Elle regarde ce pauvre corps tout déchiré, elle enlève les épines qui sont restées enfoncées sur son front, elle pleure tout doucement.

Et, dans son cœur, elle aussi elle dit : "Pardon, mon Dieu, pardon pour tous ces hommes qui ont fait tant de mal à votre Fils. Oui, je le sais, c'est pour sauver tous les hommes que Jésus est mort. Que votre Volonté soit faite".

Au pied de la croix, Marie est devenue notre Mère : c'est Jésus qui nous l'a donnée.
Elle est notre maman du ciel. Lorsque nous avons quelque chose de difficile à faire, prions la Sainte Vierge Marie, elle nous aidera : c'est elle qui nous fera ressembler à son Fils.

Ô Marie ... priez pour nous, pauvres pécheurs (3 fois), maintenant et à l'heure de notre mort.

14ème Station : Jésus est mis au tombeau

(Il ne faut jamais s'arrêter sur la mort de Jésus : elle débouche sur la Résurrection)

Que fait-on lorsque quelqu'un est mort ? On le dépose dans un tombeau. Sa vie est finie.
C'est ce qu'on a fait pour le corps de Jésus : on l'a déposé dans un tombeau. Alors tout est fini ?...

Mais non. Pour Jésus, ce n'est pas fini. Pourquoi ? Que va-t-il se passer ?

Jésus est mort dans son corps d'homme, et Il est mort à cause de nos péchés.
Mais vous savez bien que Jésus est en même temps homme et Dieu.
Et parce qu'Il est Dieu, Il est tout-puissant, Il peut TOUT faire.

Alors, par sa force de Dieu, Il va redevenir vivant, le troisième jour après sa mort : on dit qu'il va "ressusciter". Il n'y a que Jésus qui a pu faire cela, parce qu'Il est Dieu.
C'est la grande victoire de Jésus sur le diable et sur le mal : Il a vaincu la mort pour que, à notre tour, nous puissions être plus forts que le mal.

Maintenant, nous allons attendre le moment de sa Résurrection : ce sera la très belle fête de Pâques.
Mais, pour le moment, Jésus est dans le tombeau :
la Sainte Vierge est rentrée dans sa maison, elle repense avec une grande douleur à tout ce qui s'est passé. Allons-nous la laisser seule ?
Et si nous restions près d'elle ? Que pourrons-nous faire pour la consoler ?
(faire chercher les enfants ...)

Rester calme, recueilli, en pensant que tout ce que Jésus a souffert, c'est pour moi, pour m'aider à devenir bon.
Demandons à la Sainte Vierge de bien préparer notre cœur pour la fête de Pâques.


Ensemble pour la Semaine Sainte - Page d'accueil - Index général
Ensemble pour le Vendredi Saint