Pour couronner les apparitions de Fatima (1916 et 1917) et de Pontevedra (1925), la Sainte Trinité et Notre-Dame se sont montrés à sœur Lucie de Fatima dans un "tableau" qui explique de façon lumineuse les grands moyens de notre salut.

Une grandiose manifestation divine


Après son séjour à Pontevedra où elle reçut la grande demande des premiers samedis du mois dans une perspective de réparation, sœur Lucie est depuis 1926, au noviciat des sœurs Dorothées de Tuy, ville espagnole à la frontière nord du Portugal (310 Km de Fatima).

Écoutons sœur Lucie raconter elle-même l'événement; qui s'est déroule le jeudi 13 juin 1929.

J'avais demandé et obtenu la permission de mes supérieures et de mon confesseur de faire une heure sainte de onze heures à minuit dans la nuit du jeudi au vendredi de chaque semaine.

Me trouvant seule une nuit, je m'agenouillai près de la balustrade, au milieu de la chapelle, pour réciter, prosternée, les prières de l'Ange. Me sentant fatiguée, je me relevai et continuai à les réciter les bras en croix. La seule lumière était celle de la lampe…

Soudain, toute la chapelle s'éclaira d'une lumière surnaturelle, et, sur l'autel, apparut une croix de lumière qui s'élevait jusqu'au plafond.

Dans une lumière plus claire, on voyait,

sur la partie supérieure de la croix, une face d'homme, avec un corps jusqu'à la ceinture,
sur sa poitrine une colombe, également lumineuse,
et, cloué à la croix, le corps d'un autre homme.

Un peu en dessous de la ceinture de celui-ci, suspendu en l'air, on voyait un calice et une grande hostie sur laquelle tombaient quelques gouttes du sang qui coulaient sur les joues du crucifié et d'une blessure à la poitrine. Coulant sur l'hostie, ces gouttes tombaient dans le calice.

Sous le bras droit de la croix, se trouvait Notre-Dame avec son Cœur Immaculé dans la main (c'était Notre-Dame de Fatima avec son Cœur Immaculé, dans la main gauche, sans épée ni roses, mais avec une couronne d'épines et des flammes).

Sous le bras gauche de la croix, de grandes lettres, comme d'une eau cristalline qui aurait coulé au-dessus de l'autel, formaient ces mots : "Grâce et Miséricorde".

Je compris que m'était montré le mystère de la Sainte Trinité et je reçus sur ce mystère des lumières qu'il ne m'est pas permis de révéler.

Notre-Dame va rappeler que le Saint-Père doit faire la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé (nous sommes en 1929… ).

Elle ajoute, dans la continuation des demandes de Pontevedra :

Elles sont si nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie.

A l'heure actuelle, même si le contexte historique a changé, il n'en reste pas moins que, pour la paix dans le monde (si évidemment menacée) et pour le salut des âmes, Dieu nous propose encore et toujours de nous consacrer aux très Saints Cœurs de Jésus et de Marie et de mettre en pratique la dévotion réparatrice des premiers samedis du mois !

Cette grandiose théophanie trinitaire est de plus en plus considérée comme le couronnement des apparitions de Fatima.
Elle est l'écho fidèle de la Révélation unique et plénière de Notre-Seigneur Jésus-Christ, exprimés par l'Écriture Sainte et la Tradition de l'Eglise.

Pour commenter le dessin


Grâce et miséricorde nous sont abondamment données par la Sainte Trinité : à nous de nous tourner vers Elle dans un esprit de consécration, de réparation.

Le Père apparaît comme la source première de la Grâce et de la Miséricorde.

Mais la Croix de Jésus en est le canal.

Le Sang de Jésus jaillit de son Cœur et des blessures de son visage et s'écoule dans un calice où il y a une grande hostie : le mystère de la messe est clairement représenté. De plus, la vision est au dessus de l'autel.

L'Esprit-Saint repose sur le Père et aussi sur Jésus comme à son Baptême, Lui qui est le Serviteur souffrant (cf. Isaïe).

Marie est sous le bras droit de la Croix et son Cœur Immaculé souffre avec le Sacré-Cœur. Marie souffre avec Jésus et contribue à nous racheter avec Lui.

Marie offre à sœur Lucie, et à nous tous, son Cœur parce qu'elle est notre Mère, notre vraie Mère du Ciel.

Faire remarquer qu'on trouve dans cette grande vision tout ce que notre Père du Ciel nous donne pour nous sauver :

Le Christ qui meurt sur la Croix pour nous racheter en vue de la vie éternelle.

La messe qui perpétue son sacrifice et l'eucharistie.

L'eau cristalline de la grâce et de la miséricorde (sacrements du baptême et de la réconciliation).

La Vierge Marie si étroitement associée à notre salut et donc l'importance du recours à son Cœur Immaculé.

Bénie soit la Sainte Trinité et son indivisible Unité qui nous fait miséricorde !

Rappels chronologiques

1915 trois apparitions silencieuses de l'Ange

Printemps 1916
Été 1916
Automne 1916

première apparition de l'Ange au Cabeço
deuxième apparition de l'Ange au puits de l'Arneiro
troisième apparition de l'Ange au Cabeço

13 mai 1917
13 juin 1917
13  juillet 1917
19 août 1917
13 septembre 1917
13 octobre 1917

première apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria
deuxième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria
troisième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria
quatrième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria
cinquième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria
sixième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria
10 décembre 1925
13 juin 1929
apparition à Pontevedra (demande des premiers samedis du mois)
apparition à Tuy

Spécial MARIE - Page d'accueil - Index général