Dessin correspondant à ce commentaire

image pdf  Cliquer ici pour lire, enregistrer ou imprimer ce commentaire en PDF

Récit (Mt 22, 1-14)

Jésus disait en paraboles :
« Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils.
Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir.
Il envoya encore d'autres serviteurs dire aux invités : 'Voilà : mon repas est prêt, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez au repas de noce.'
Mais ils n'en tinrent aucun compte et s'en allèrent, l'un à son champ, l'autre à son commerce ;
les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.
Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et brûla leur ville.
Alors il dit à ses serviteurs : 'Le repas de noce est prêt, mais les invités n'en étaient pas dignes.
Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce.'
Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.
Le roi entra pour voir les convives. Il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce,
et lui dit : 'Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?' L'autre garda le silence.
Alors le roi dit aux serviteurs : 'Jetez-le, pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.'
Certes, la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. »

Faire remarquer sur le dessin…

Au milieu du dessin. Pour célébrer les noces de son fils, le roi organise un grand banquet : nous voyons, dressée sous un magnifique baldaquin, une belle table bien décorée, remplie de bonnes choses.
Le jeune prince et son épouse sont assis à droite et à gauche du trône destiné au roi.

Tout en haut à gauche. Mais les invités n'ont pas voulu venir… L'un est parti labourer son champ, d'autres maltraitent les envoyés du roi et les tuent.

Tout en haut à droite : Très en colère, le roi envoie ses troupes contre les meurtriers.
Puis pour remplir la salle des noces, il envoie ses serviteurs chercher d'autres invités sur tous les chemins des alentours.
Tout en bas : debout, les bras grands ouverts, le roi accueille avec bonté, à sa droite, tous ceux qui ont répondu à l'appel.

En bas à droite : Mais, de sa main gauche, il renvoie un homme misérablement vêtu qui n'a pas mis le vêtement de noce (v. 11) : les serviteurs du roi le saisissent et lui lient les pieds et les mains avant de le rejeter dehors dans les ténèbres.


Idées/force sur lesquelles vous appuyer. À développer selon l'auditoire.

Vérités à transmettre

"Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils…".
Le roi, c'est Dieu ; les noces de son fils, c'est Jésus venu s'unir à l'humanité pour la sauver, la jeune mariée, c'est l’Église, l'humanité sauvée.
Nous sommes tous invités à ces noces, c'est-à-dire appelés à entrer dans ce Royaume des cieux (représenté souvent dans la Sainte Écriture sous la forme d'un banquet). Mais tous n'acceptent pas l'invitation.
Cependant, pour être admis à la table du roi - à ce bonheur éternel du ciel - une condition indispensable : être revêtu du vêtement de noce, appelé aussi robe nuptiale.
Qu'est-ce que cette robe nuptiale ? C'est l'état de grâce, l'état d'amitié avec Dieu : il ne suffit d'être baptisé, il faut aussi être fidèle à Dieu parce qu'on L'aime et tout faire par amour pour Lui : c'est avoir la charité. Si je n'ai pas la charité, je ne suis rien, dit st Paul (1 Co 13, 3)
Et si je n'ai pas la charité, je suis comme cet invité de la parabole qui a négligé de mettre une tenue propre : c'est un grave manque de respect envers le roi.
Parce qu'il n'a pas mis le vêtement de noce, le roi refuse de le garder en sa présence. Il est rejeté dans les ténèbres extérieures, où il y a des pleurs et des grincements de dents…(v. 13) c'est-à-dire en enfer.
Car "la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux." (v. 14)

Attitudes d'âme à faire partager

Vivre en présence de Dieu.
Être attentif à toujours rester en état de grâce : c'est le plus grand trésor que nous puissions jamais avoir. Deux grands moyens pour cela : la prière (amour de Dieu) et le service des autres (amour du prochain).


Pour prier

Nous t'en prions, Seigneur, que ta grâce nous devance et nous accompagne toujours,
pour nous rendre attentifs à faire le bien sans relâche. (Prière d'ouverture)


Pour l'année A :  tous les commentaires des dessins tous les dessins

Chercher un dessin dans le site - Page d'accueil - Index général